Les Intervenants

1° TABLE RONDE

Auberger.jpg
P. Auberger
Patrick Auberger est Directeur de recherche Inserm et dirige le centre méditerranéen de médecine moléculaire depuis 2012 ; il est également responsable de l'équipe de recherche "Mort cellulaire, différenciation et cancer".
Ses travaux de recherche portent sur l'étude de 3 cancers et leur résistance aux traitements de chimiothérapie : la leucémie myéloïde chronique, les syndromes myélodysplasiques et le myélome multiple des os. Pour la première maladie, l'équipe du Dr Auberger a significativement contribué à la caractérisation des mécanismes de résistance aux inhibiteurs de tyrosine kinase, une thérapie ciblée qui a complètement transformé le pronostic de cette maladie. Concernant les syndromes myélodysplasiques les mécanismes de résistance aux traitements de chimiothérapie ont été caractérisés et de nouvelles molécules efficaces ont été découvertes.


Barbry.jpg
P. Barbry
Pascal Barbry est Directeur de recherche CNRS et Directeur de l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire - IPMC (UNS/CNRS)
Le chercheur et son équipe “Physiologie Génomique des Eucaryotes” de l’IPMC utilisent des approches d'analyse à large échelle des acides nucléiques pour identifier les évènements qui se déroulent à l’intérieur des cellules pulmonaires, évaluant notamment l'impact de cellules voisines en interaction. Les techniques de séquençage d’ARN, de génomique, de bioinformatique qui sont utilisées ici sont issues directement des grands travaux de séquençage du génome humain datant du début des années 2000. Une des questions que Pascal Barbry et son équipe se posent est comment bien reconstruire un tissu fragilisé par la pathologie (infection, inflammation, cancer).

 

 

 

V. Paquis
V. Paquis
Véronique PAQUIS-FLUCKLINGER, est professeur des universités à l’UNS, praticien hospitalier au CHU de Nice, spécialisée en génétique. Elle dirige le service de Génétique Médicale du CHU de Nice, le Centre de Référence des Maladies Mitochondriales et l'équipe "Génétique des Maladies Mitochondriales" au sein de l'IRCAN (Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement).
En 2014, l'équipe du Pr Véronique Paquis a apporté la preuve génétique qu’un dysfonctionnement des mitochondries, chargées de la production énergétique dans les cellules, pouvait être à l’origine de la maladie de Charcot. Cette maladie, aussi appelée sclérose latérale amyotrophique ou SLA, est liée à une dégénerescence des neurones moteurs conduisant à la mort des patients par insuffisance respiratoire. L'équipe et d’autres groupes internationaux ont ensuite montré que le gène responsable, appelé CHCHD10, est aussi impliqué dans d’autres maladies neurodégénératives telles que la démence frontotemporale (DFT), une forme bénigne d’amyotrophie spinale ou une neuropathie de type Charcot-Marie-Tooth (CMT2A). Ces résultats ouvrent des perspectives pour le développement de stratégies thérapeutiques spécifiques qui sont, à l’heure actuelle, inexistantes.

 

Vidal
F. Vidal
Frédérique Vidal, Présidente de l'UNS, est professeur des Universités en sciences de la vie. Son activité dans le domaine de la recherche est concentrée sur la génétique moléculaire, discipline très expérimentale, avec la mise en place de modèles cellulaires et animaux.
Elle a notamment étudié les systèmes de dégradation et de recyclage mis en jeu lors de la  différenciation germinale. La spermatogenèse est un processus où des étapes de différenciation, impliquant des remodelages majeurs des structures et fonctions de la cellule germinale, se succèdent de façon rigoureusement programmée. Ceci implique que les protéines structurales et régulatrices nécessaires à une étape donnée soient éliminées ou recyclées pour passer au stade suivant. 
De même, au cours de la dernière étape de la spermatogenèse, la spermiation, une relocalisation des composants cytoplasmiques et membranaires de la cellule germinale conduit à la formation du corps résiduel. Une activité régulée de phagocytose de ces corps résiduels par la cellule de Sertoli est nécessaire à la libération du spermatozoïde. Les travaux de recherche réalisés ont permis de proposer un rôle clé pour la protéine FAT-CD36 (Fatty Acid Transporter), dans les mécanismes de phagocytose et de recyclage
des lipides, et d’identifier des enzymes E3, dont la protéine RNF6, impliquées dans les mécanismes d’ubiquitination et essentielles à la différenciation germinale.



2° TABLE RONDE

 

P. BAQUE
P. Baqué
Patrick BAQUE est doyen de la Faculté de Médecine de l’Université Nice Sophia Antipolis depuis janvier 2013. Il est chirurgien, professeur d’Anatomie - Chirurgie Générale au CHU de Nice. Ses domaines de compétence sont la chirurgie générale d’urgence, la chirurgie digestive et la cancérologie digestive. 
Ses activités de recherche sont développées principalement dans 2 domaines : la thérapie génique des métastases hépatiques des cancers coliques et la modélisation numérique des viscères du tronc soumis aux traumatismes.



F. Bremont
F. Bremond
François Brémond est directeur de recherches à INRIA Sophia Antipolis depuis le 1er octobre 2010. Il a créé l'équipe projet INRIA STARS et il est membre fondateur de l'équipe CoBTeK (Cognition – Behaviour – technologie) de l'Université Nice Sophia Antipolis avec le professeur P. Robert du CHU de Nice sur l'étude des troubles du comportement pour les personnes âgées. 
François Brémond a mené ses travaux de recherche dans le domaine de l'interprétation dynamique de scène à partir de données capteurs depuis 1993, à Sophia-Antipolis et à l'USC (University of Southern California). Il s'intéresse plus particulièrement à construire un modèle numérique des comportements humains.  Il a conçu des systèmes de reconnaissance de scenarios au cours de différentes applications de vidéo surveillance et monitoring notamment pour le monitoring de personnes âgées pour des applications de soins à domicile.



Brisswalter
J. Brisswalter
Jeanick Brisswalter, est Professeur des universités en sciences et techniques des activités physiques et sportives, Doyen de la faculté des sciences du sport de l’Université Nice Sophia Antipolis.
Jeanick Brisswalter a débuté sa carrière comme chercheur au laboratoire de physiologie et biomécanique de l’Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance (INSEP) où il est resté 11 ans. Ensuite, il devient maître de conférence à l’Université de Poitiers puis professeur des universités ; il intègre l’Université de Toulon en 1999, où il dirige le laboratoire d’ergonomie sportive, avant de rejoindre l’Université Nice Sophia Antipolis en 2009 où il créé et dirige le laboratoire de motricité humaine, éducation sport santé (LAMHESS, EA 6309). Ses travaux de recherche portent sur la physiologie de l’exercice et du mouvement et font l’objet de nombreuses publications dans des revues scientifiques internationales, il est également expert pour plusieurs organismes scientifiques au niveau national et international

PROBERT
P. Robert
Philippe Robert est Professeur de Psychiatrie à l’Université Nice Sophia Antipolis, Directeur du Centre Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR) du CHU de Nice, Directeur de l’équipe Cognition, Behaviour & Technology (CoBTeK), et coordinateur de la Banque Nationale Alzheimer. Ses domaines d’expertise concernent les symptômes comportementaux et psychologiques, l’évaluation et le traitement de l’apathie, et l’utilisation des nouvelles technologies pour le diagnostic et la stimulation chez les personnes âgées.