Semaine du Cerveau au Learning Centre SophiaTech

Recherche

22-02-2017

Cette année, le Learning Centre SophiaTech s'associe à la Semaine du Cerveau en accueillant 3 conférences :

 

Lundi 13 mars de 12h30 à 14h
"De la thèse en neuroscience à la création d'entreprise"
Intervenants : E-phy-Science (IPMC, Valbonne) et Orphitpharma
Présentation du parcours de deux start-ups dans le domaine des neuro-sciences.


Jeudi 16 mars de 13h à 14h
"Le cerveau a-t-il du cœur ? ou la Neurobiologie des émotions."

Intervenant : Thomas Lorivel de l’Institut de Pharmacologie Moléculaire et Cellulaire (IPMC)

Une vie sans émotion serait bien terne. Mais au-delà de la saveur qu’elles donnent à notre existence, les émotions ont été modelées par l’évolution pour améliorer la survie de toutes les espèces animales capables de les éprouver. Cette conférence proposera une définition du concept d’émotion et dressera un état des lieux des principales connaissances accumulées jusqu’à aujourd’hui sur leur régulation par différentes régions spécialisées du cerveau. Leur importance dans la prise de décision et les effets délétères de leur perturbation, notamment, seront abordés.


Vendredi 17 mars de 13h à 14h

"Jusqu'où notre cerveau peut-il être influencé par notre environnement ?"
Intervenant : Idriss Tellier, Docteur en Psychologie Cognitive & Sociale de l'Université Aix-Marseille et Médiatrice scientifique pour Les Petits Débrouillards.

Venez découvrir les processus socio-cognitifs sous-jacents aux influences sociales des comportements humains. Dans ce Café-Science, nous débattrons des mécanismes qui permettent ces influences sociales, tantôt anodines ou inconscientes, tantôt volontaires (par exemple pour négocier un achat ou une vente), parfois à l'encontre des intérêts de l'autre (publicités mensongères ou escroqueries) parfois bien intentionnées (éducation, conditionnements allant du "petit formatage d'esprit" au "gros lavage de cerveau"). Nous irons probablement jusqu'à évoquer quelques-unes des techniques de manipulation sociale afin de pouvoir les détecter dans notre quotidien, pour mieux comprendre comment s'en protéger.

Partager cet article :