Projet 2 : Economie et Philosophie

Porteurs de projet

  • Richard ARENA, économie (GREDEG)

Laboratoires et/ou équipes UNS concernés

Partenaires

  • GREQAM (U. Aix-Marseille) ;
  • TRIANGLE (U. Lyon II) ;
  • BETA (U. Strasbourg I et Nancy) ;
  • U de Reims ;
  • CES (U. Paris I) ;
  • PHARE (U. Paris I) ;
  • SOAS (U. Londres) ;
  • Department of Economics (U. Cambridge, GB) ;
  • Dipartimento di Economia (Roma 3) ;
  • Marquette University (Etats-Unis).

Personnes réellement impliquées (effectif global + détail nom, statut, laboratoire) : 11

  • Richard ARENA, PR, GREDEG
  • Lise ARENA, MCF, GREDEG
  • Michael BIZIOU, MCF, CRHI
  • Bernard CONEIN, PR émérite, GREDEG
  • Muriel DAL PONT, PR, GREDEG
  • Sandye GLORIA-PALERMO, PR, GREDEG
  • Emmanuel KESSOUS, PR, GREDEG
  • L. LLAROUY, doctorante, GREDEG
  • Eric NASICA, PR, GREDEG
  • Mélanie PLOUVIEZ, MCF, CRHI
  • Ludovic RAGNI, MCF, GREDEG

Objectifs

  • Rendre plus visibles les coopérations possibles entre économistes et philosophes notamment niçois afin de développer la philosophie économique en France
  • Renforcer l’axe 3 du GREDEG qui porte sur l’histoire de la pensée et la méthodologie économiques
  • Restaurer la nécessité de fondements philosophiques de l’analyse économique

 

Ce projet vise à développer des coopérations entre économistes et philosophes autour de ce que l’on appelle la philosophie économique qui s’est développée de manière importante ces dernières années.

Il s’agira d’une part de mieux comprendre les entités réelles qui sous-tendent un certain nombre de concepts théoriques et d’outils méthodologiques en science économique par l’utilisation de l’ontologie sociale. En particulier, on se fondera sur les résultats obtenus lors de la manifestation scientifique qui a mobilisé il y a deux ans des chercheurs de notre université et de l’université de Cambridge (GB) et a consisté pendant trois jours à mener une réflexion d’ensemble sur les relations entre ontologie sociale et histoire de la pensée économique dont le contenu sera publié dans le Cambridge Journal of Economics en 2015. Les recherches d’ontologie sociale pourront aussi être utilisées pour étendre la réflexion sur la place et le rôle du concept de rationalité comportementale à l’ensemble des sciences sociales et non plus seulement la limiter au domaine de l’économie. C’est là un thème très présent au GREDEG qui a été aussi très étudié au CRHI (cf le dernier numéro de la revue Noésis et les notables contributions des membres de ce centre). Il s’agira ensuite d’étudier un certain nombre de recours de la théorie économique aux apports méthodologiques de la philosophie par l’examen des contributions de grands auteurs économiques. Cette thématique attire depuis un certain temps bien des historiens des SHS en France. La question de la relation entre cette philosophie et le pragmatisme pourrait être abordée, en particulier quand il s’agit de voir comment fonctionnent les notions de règle, norme sociale et institution en sciences sociales. Des recherches systématiques sont et seront aussi menées concernant les influences méthodologiques et philosophiques réciproques de Sraffa et de Wittgenstein. Au-delà de Wittgenstein, c’est le rôle joué dans le champ des sciences humaines et sociales par des philosophes comme John Searle, Amartya Sen, Margaret Gilbert ou Remo Tuomela qui pourra être examiné à la lumière de l’analyse des relations entre comportements et rationalité individuels et actions et rationalité collectives. Enfin, au prix d’un examen portant sur une période plus ancienne, l’étude des fondements philosophiques des approches théoriques de certains grands économistes intéressés par le dialogue entre économie, philosophie et SHS en général de la fin du 19e et du premier 20e siècles tels que Carl Menger, Vilfredo Pareto, John Maynard Keynes, Joseph Schumpeter ou Friedrich von Hayek, pourrait être conduite.

Financements externes (ANR, Région, Europe...)

  • Accords de coopération franco-allemand (PROCOPE) et franco-suisse (Mme de Staël)

Manifestations scientifiques

Rubrique vide.