Projet 1 : Mobilités, frontières et co-développement en Méditerranée

Porteurs de projet

Laboratoires et/ou équipes UNS concernés

Partenaires

  • Université de Sousse : programme IRD-DeRCIT, Développement Régional et Coopération Internationale en Tunisie
  • Université Cadi Ayyad de Marrakech, Maroc. Accord cadre entre les universités pour favoriser les échanges sur les questions de migrations et dynamiques sociales et spatiales
  • Aix-Marseille Université LabexMed programme TRAMED sur les questions du travail dans l’espace Méditerranée.
  • Université de Poitiers programme CIrculations, MObilités et espace RElationnel des Migrants en Méditerranée ; ACI CIMORE
  • Université de Tunis (Institut supérieur des études appliquées en humanités)
  • Université de Palerme. Programme de recherche international italien FIRB 2012 (Futuro In Ricerca) portant sur : Frontiere marittime nel Mediterraneo : quale permeabilità? Scambi, controllo, respingimenti (XVI-XXI secolo) (dir. Valentina Favarò).

Personnes réellement impliquées (effectif global + détail nom, statut, laboratoire) : 8

Objectifs

Espace médian, la Méditerranée est perçue tantôt comme un carrefour de circulation des biens, des idées et des personnes, tantôt comme un espace de frontière séparant des civilisations qui, par delà les contacts, restent très contrastées. Aux phénomènes de métissages, de médiations et de mobilités licites ou clandestines s’opposent des rivalités politiques et religieuses fondatrices de représentations de l’Autre. C’est à l’ensemble de ces relations que ce projet s’intéressera. La Méditerranée n’y sera pas seulement perçue comme une frontière séparant une rive nord d’une rive sud mais comme un système social, politique, religieux et culturel complexe, composé de rivages, d’îles et de nations, qui s’est construit dans le temps long et se réinterroge au quotidien dans de multiples espaces.

On s’intéressera tant aux activités des institutions qu’à celles des individus ou des acteurs intermédiaires dans les situations de collaborations mais aussi lorsque s’expriment des processus d’altérisation. La notion de développement sera questionnée dans une conjoncture où les crises économiques des pays d’Europe et les « révolutions arabes » ré-agencent une partie des échanges et rappellent que les pratiques transnationales sont toujours susceptibles d’évoluer.

Ces objectifs généraux se traduiront par la mise en place de plusieurs actions :

  • Organisation d’un séminaire interne sur la notion de développement dans le cadre des rapports Nord-Sud
  • Organisation d’une journée d’étude sur la coopération internationale en Tunisie
  • Mise en place d’un Institut d’anthropologie à l’Université de Sousse (Tunisie)
  • Soumission d’un projet ANR sur La variabilité des formes migratoires et de mise au travail dans l’espace méditerranéen (2015)

Financements externes (ANR, Région, Europe...)

  • Contrat Emploi Jeunes Doctorants PACA 2014-2017 (Giulia Breda) : « Interroger le développement par la migration temporaire dans l’agriculture : le cas des Maghrébins en région PACA »
  • Contrat doctoral 2013 (Aurore Mottet) : « Franchir le seuil : les réfugiés entre réinstallation en Europe et installation dans la marge (Maroc, Tunisie)

Manifestations scientifiques