Le "smart campus Nice Sophia" labellisé par le ministère de l'économie

La candidature déposée par l'Université Côte d'Azur, par l'intermédiaire de l'Université Nice Sophia Antipolis, Mines Paristech, Alstom et ERDF pour un "Smart campus Nice Sophia Antipolis", vient d'être labellisée par le ministère de l'industrie dans le cadre du plan industriel national "Réseaux électriques intelligents".

Le dossier avait été déposé au mois de mars dernier et le ministère de l'économie a rendu son verdict en sélectionnant 4 projets* dont celui déposé par la Côte d'Azur.

Le projet « Smart Campus Nice Sophia Antipolis» a comme objectif de contribuer à la fois aux défis sociétaux et technologiques liés aux réseaux électriques intelligents à travers un programme ambitieux de recherche et développement mais aussi de formations multidisciplinaires avancées des futurs professionnels qui accompagneront le déploiement industriel des réseaux électriques intelligents (REI).

Il bénéficie des soutiens déterminants de la Région Provence Alpes Côte d'Azur, de la métropole Nice Côte d'Azur (NCA) et de la Communauté d'Agglomération Sophia Antipolis (CASA), et s'appuie sur l'exceptionnel écosystème azuréen composé des laboratoires de recherche d'UCA impliqués dans le projet et de l'IMREDD ainsi que du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), des industriels de premier plan (EDF, RTE, IBM, Orange), des PME et start-up des domaines de l'énergie et des TIC de NCA et de la CASA, de la CCI Nice Côte d'Azur et des pôles de compétitivité Capenergies et Solutions communicantes sécurisées (SCS).

Ce « Campus Intelligent » qui prendra corps préalablement, sur le site existant de SophiaTech et dans une seconde phase, sur l’Eco-campus dont la construction est prévue à Nice Méridia, vise à mettre en place un réseau électrique intelligent expérimental, véritable plateforme d'innovation mobilisant le tissu industriel et académique. 

Rencontre avec Gilles Jacquemod, Professeur des universités à Polytech Nice Sophia et porteur du projet "Smart Campus Nice Sophia" pour l'Université.

Quel rôle va jouer l'Université dans ce projet ?

En terme de recherche, 6 laboratoires de recherche de l'UNS sont fortement impliqués : les laboratoires EPOC (électronique pour objets connectés), I3S (Informatique, Signaux et Systèmes de Sophia Antipolis) et le LEAT (Laboratoire Electronique, Antennes et Télécommunications) pour les technologies de l'information et de la communication, le GREDEG (Groupement de recherche en droit, économie, gestion) et I3M (Information, milieux, médias, médiations) pour la partie sociologie / économie et l'IMREDD pour la partie environnement, développement durable. La spécificité du projet est d’aller au-delà de la seule approche technologique et d’intégrer les dimensions sociétales, économiques, managériales et environnementales.

Dans le cadre du projet régional CoCoE (Contrôle de la Consommation Electrique), les bâtiments d'enseignement et de recherche du campus SophiaTech sont d'ores et déjà équipés de la technologie développée par la société Qualisteo afin de connaitre en temps réel la consommation életcrique par type et usage. A terme, les locaux de l'Inria, Eurecom, Skema et Mines Paris Tech seront également équipés par ce type de capteurs, ainsi que des compteurs Linky, nouvelles générations de compteurs électriques intelligents. Grâce à un partenariat avec le CROUS, les résidences et restaurants universitaires vont également être équipés. Ce déploiement permettra ainsi de faire des études à la fois sur des lieux et des moments de la journée différents. Les habitudes de consommation énergétique des usagers seront également analysées pour ainsi essayer de trouver des moyens incitatifs pour les faire baisser leur consommation et adapter le meilleur comportement.

Côté formation, des modules liés à ces problématiques de réseaux intelligents et des formations pluridisciplinaires spécifiques vont être mis en place afin que les entreprises de ce secteur disposent d’un vivier d’étudiants qualifiés ;  et la création de jeunes pousses et start-ups des domaines de l’énergie et des technologies de l’information et de la communication sera également encouragée.

Et les entreprises ?

Notre projet repose sur ce triptyque Recherche/Formation/Entreprises. 14 entreprises, des grands groupes comme ERDF et Alstom, aux PME/PMI locales, comme QUALISTEO et WIT se sont engagées. Sur les 11 millions d'euros nécessaires au projet, 50% seront financés par les entreprises, l'autre moitié par les collectivités territoriales et dans le cadre classique des appels à projets nationaux ou européens. De plus les entreprises pourront également bénéficier de modules de formation sur les smarts grids pour leurs collaborateurs ou participer à la définition du contenu de ces modules.

 

 

Gilles Jacquemod
G. Jacquemod - Professeur des universités à Polytech Nice Sophia et porteur du projet "Smart Campus Nice Sophia"

RTI Lille, Smart grid campus Rhone-Alpes, Livegrid de Paris Saclay, Smart Campus Nice Sophia Antipolis