Navigation

Prévention des allergies chez le nouveau-né

Si l’allaitement maternel est extrêmement bien adapté à la prévention des infections, il semble que ce ne soit pas le cas pour la prévention des allergies. L'équipe du laboratoire Tolérance immunitaire (EA 6302) démontre dans un article récemment publié dans le " Journal of Allergy and Clinical Immunology" une cause possible de ce défaut de prévention des allergies par le lait maternel.

Dans l'objectif de mieux prévenir les allergies en début de vie, le laboratoire Tolérance immunitaire (EA 6302)  étudie les facteurs du lait maternel et ceux inhérents au système immunitaire du nouveau-né, qui conditionnent  la mise en place d'une tolérance à l'encontre des allergènes de l'environnement et dès lors le non-développement d'allergie.

Dans un article récemment publié dans le "Journal of Allergy and Clinical Immunology", cette équipe de chercheurs, dirigée par le Dr Valérie Verhasselt, a mis en évidence dans une cohorte de 255 mères -enfants que la présence dans le lait maternel de quantités infimes (de l'ordre de 100pg/ml) d'allergènes respiratoires issus des acariens de la famille Dermatophagoides Pteronyssinus, était associée à un risque accru de sensibilisation allergique chez l'enfant. De plus, si la mère était allergique, la présence d'allergènes d'acarien dans le lait était associée à  un risque accru de maladies allergiques respiratoires, asthme et rhinite.
Leurs précédents travaux dans un modèle animal supportent un rôle causal de la présence d'allergènes d'acariens dans le lait maternel dans le risque accru d'allergies dans la descendance (Macchiaverni, Rekima et al, Allergy 2014). Dans l'étude publiée dans JACI, il ne leur a pas été possible de comparer le risque allergique d'enfant exposé par voie orale aux allergènes d'acariens en présence et absence  de lait maternel. Cependant, la présence de nombreux facteurs anti-inflammatoires dans le lait maternel laisse suggérer que ce risque serait encore supérieur en l'absence de lait maternel.

Cette publication, en mettant en évidence un facteur du lait maternel qui entrave la mise en place de tolérance et la prévention des allergies par l'allaitement, ouvre de nouvelles voies de recherche  visant à identifier comment contrôler les taux d'acariens dans le lait et contrecarrer leur effet délétère sur le risque allergique.

 

Ces travaux ont été réalisés en collaboration avec l'équipe d'Isabella Annesi-Maesano, Directrice de EPidémiologie des maladies Allergiques et Respiratoires ; IPLESP INSERM et UPMC, Paris

Early oral exposure to house dust mite allergen through breast milk: A potential risk factor for allergic sensitization and respiratory allergies in children . Nour Baïz, PhD, Patricia Macchiaverni, PhD, Meri K. Tulic, PhD, Akila Rekima, Bsc, Isabella Annesi-Maesano, MD, PhD, Valérie Verhasselt, MD, PhD, For the EDEN Mother-Child Cohort Study Group.
The Journal of Allergy and Clinical Immunology, 2016 http://dx.doi.org/10.1016/j.jaci.2016.07.021

 

Pour plus d'informations sur la travaux de l'équipe sur les possibilités de prévention des allergies par l'allaitement :

Allergy prevention by breastfeeding: possible mechanisms and evidence from human cohorts. Munblit D and Verhasselt V.
Curr Opin Allergy Clin Immunol. 2016 Oct;16(5):427-33. doi: 10.1097/ACI.0000000000000303.