50 ans de l'UNS : la faculté des lettres, arts et sciences humaines en fait toute une histoire !

Dans le cadre des 50 ans de l'UNS, la faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines (LASH) a organisé le jeudi 11 juin une journée dédiée à l’histoire du campus Carlone. Expositions, tables rondes et performances artistiques ont rythmé cet anniversaire.

Le jeudi 11 juin, le campus Carlone était à la fête.

Dans le cadre des 50 ans de l'UNS, étudiants, enseignants-chercheurs, personnels administratifs et techniques, retraités étaient rassemblés pour fêter les 50 ans de la faculté des lettres arts et sciences humaines. Lors de l'inauguration de cette journée, Sylvie Mellet, vice Présidente à la Recherche, représentant Frédérique Vidal, Présidente de l'UNS, Alain Tassel, Doyen de la faculté des lettres, arts et sciences humaines, Francine Boillot, maître de conférences en LASH et vice-doyenne en charge de la communication et Catherine Hadjopoulou, directrice de la BU de LASH, ont tous souligné dans leur discours les atouts indéniables de cette faculté qui fut créée et portée par des personnalités reconnues. 

Créée en 1965, en même temps que l’Université, celle qui s'appelait alors la faculté des lettres prend la suite de l’Institut d’Etudes Littéraires créé en 1941 et rattaché à l’Université d’Aix-Marseille. C'est à la rentrée 1967-1968, qu'elle intègre le campus Carlone qui vient d'être construit.  En matière d’enseignement, la faculté des lettres de Nice suivra l’évolution d’autres facultés de France en élargissant progressivement les filières de formations classiques aux langues étrangères appliquées, aux sciences de l’information et de la communication, et aux arts en prenant alors le nom de Lettres, Arts et Sciences Humaines (LASH). Côté recherche, sous l’impulsion du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, du CNRS et d’autres établissements de recherche, plusieurs laboratoires ont rapidement acquis une réputation internationale. Aujourd'hui, les laboratoires sont répartis sur le campus de Carlone et sur celui de Saint  Jean d'Angély au sein de la MSHS Sud-Est (Maison des Sciences de l'Homme et de la Société du Sud-Est).

A l'heure actuelle, le campus Carlone est le plus important campus de l'Université en terme d'effectifs ; il compte plus de 6200 étudiants (à la rentrée 2014-2015), 208 enseignants-chercheurs, 320 intervenants extérieurs, 95 personnels administratifs et techniques. En terme de diplômes, ce sont plus de 20 licences, 35 masters et 23 spécialités de doctorats. Au niveau international, la faculté compte plus de 200 accords avec des universités étrangères et 330 étudiants ERASMUS.

Au programme, expositions, tables rondes et performances artistiques pour se souvenir et échanger sur l’avenir et le futur de LASH

Grâce à des vidéos et des images d'archives, le public a pu revivre l'histoire de la construction, l'évolution et la vie bouillonnante du campus Carlone. Nombreux sont ceux qui ont appris que, dans les années 80, des artistes mythiques tels que le groupe Téléphone, Jacques Higelin ou les Stranglers se sont produits sur le campus offrant aux étudiants niçois des concerts inoubliables. En parallèle, des visites guidées sur l'architecture et les oeuvres d’art du campus étaient proposées par les étudiants du département arts pour (re)découvrir ce site classé « patrimoine du XXème siècle ».

Une fête sur le campus Carlone ne pouvait être complète sans les propositions artistiques des chercheurs invités par la section de danse, des étudiants du département arts (association Med’Art) et de l'association du théâtre LEA qui ont proposé au public performance de danse, musique et représentations théâtrales de haut niveau.

La vie intellectuelle intense de LASH était présentée par une exposition proposée par la BU Henri Bosco et par  une table ronde.

Chantal Kircher, professeur des universités et ancienne doyenne de la faculté de 1998 à 2003, a rappelé la création des enseignements, pierre angulaire des débuts de la faculté. Monique Baréa, conservatrice de la BU de 1965 à 2000, a apporté son témoignage sur le patrimoine documentaire de cette bibliothèque classée parmi les plus riches de France. Philippe Jansen, professeur des universités et directeur de l'école doctorale LASH de 2006 à 2014, a quant à lui évoqué la construction progressive de la recherche en sciences humaines et sociales.

La seconde partie de la table ronde était plus prospective. Sylvie Mellet, directeur de recherche au CNRS, vice Présidente à la Recherche, s'est attachée à faire un état des lieux de la recherche actuelle en LASH et ses évolutions futures dans le cadre de l’ambitieux projet de la COMUE. L'enseignement de l'anglais été pris comme exemple par Shona Whyte, maître de conférences en anglais, pour appréhender la forte évolution des méthodes d’enseignement. Enfin la question de la place des pédagogies innovantes et des politiques en cours a été exposée par Jean-Paul Nivoix, professeur certifié et vice-doyen à la pédagogie en LASH.

Partenaires incontournables du campus, Le service universitaire des activités physiques et sportives et le CROUS ont également proposé des expositions d'images et de vidéos retraçant leur histoire et rappelant leur rôle essentiel à la vie des personnels 

 

50ANSLASH 50ANSLASH2 

50ANLASH7 50ANSLASH4

50ANSLASH5 50ANSLASH6