Cancer de la moelle osseuse : un nouveau marqueur pour diagnostiquer et prédire l'évolution de la maladie

L'équipe "Mort cellulaire, différenciation et cancer" dirigée par Patrick Auberger au sein du C3M (Centre Méditerranéen de Médecine Moléculaire) vient de découvrir le rôle que pourrait jouer la protéine Bcl-B comme nouveau marqueur pour prédire l'évolution de ce cancer pour le moment incurable. Les tests ont été réalisés sur des souris transgéniques et sont donc porteurs de nouveaux espoirs pour les patients atteints de cette maladie.
Cancer de la moelle osseuse : un nouveau marqueur pour diagnostiquer et prédire l'évolution de la maladie

De gauche à droite : Frédéric Luciano, Guillaume Robert, Alexandre Puissant, Sonia Boulakirba, Patrick Auberger, Nathan Furstoss © crédit photo A. Macarri

Le myélome multiple (MM) est un cancer hématologique qui se caractérise par une prolifération et une accumulation de cellules plasmocytaires malignes au niveau de la moelle osseuse. Il représente 15% des hémopathies malignes et 3% de la mortalité par cancer  dans le monde. L'évolution de cette pathologie est caractérisée par la transition d'un stade pré-myélomateux (MGUS, Gammapathie monoclonale de signification indéterminée) vers un stade myélomateux (MM). Un patient MGUS a 1% de risque supplémentaire chaque année d'effectuer cette transition vers le stade malin. Cependant, les causes de cette transformation sont encore méconnues.  En dépit des progrès spectaculaires réalisés dans la prise en charge du MM, et notamment des différentes combinaisons de drogues maintenant utilisées en chimiothérapie, cette maladie reste incurable. L’espérance de vie des patients n’excède pas sept ans. Par ailleurs, l’absence de marqueur spécifique de cette pathologie interdit un ciblage moléculaire efficace. 

Au regard des résultats obtenus par l'équipe "Mort cellulaire, différenciation et cancer" au sein du Centre Méditerranéen de médecine moléculaire à partir des prélèvements médullaires d’une cohorte de patients atteints de MM, il semblerait que la protéine Bcl-B possède toutes les caractéristiques d’un nouveau marqueur du MM. L’expression élevée de Bcl-B  dans la moelle osseuse des patients myélomateux permettrait à terme d'utiliser cette protéine comme un nouveau marqueur prédictif de la transition MGUS/MM. De plus, grâce aux résultats obtenus à partir de notre modèle de souris transgéniques sur-exprimant Bcl-B, nous avons pu démontrer le rôle crucial de cette protéine dans la pathogénèse du MM.

Le futur objectif de l'équipe de recherche est maintenant de confirmer sur une large cohorte de patients que la protéine Bcl-B est un nouveau marqueur diagnostique et pronostique du MM. Compte tenu de son rôle  important dans la pathogénèse du MM, Bcl-B pourrait s'avérer une nouvelle cible thérapeutique pertinente. Le ciblage thérapeutique des membres pro ou anti-apoptotiques de la famille Bcl-2 représente une stratégie crédible pour le traitement des hémopathies malignes. Dans ce contexte, un ciblage spécifique de Bcl-B pourrait à terme améliorer l’arsenal thérapeutique déjà disponible pour le traitement des patients souffrant de MM.

Interview de Frédéric Luciano, chercheur Inserm