Célébration des 10 ans d’Agrobiotech

En 2004, les chercheurs et enseignants-chercheurs de l’INRA , de l’Université Nice Sophia Antipolis et du CNRS se réunissaient à Sophia Antipolis pour mener ensemble des recherches en santé des plantes et en environnement. Ce vendredi 6 juin, l'Institut Sophia Agrobiotech soufflait ses 10 bougies.
Célébration des 10 ans d’Agrobiotech

Les invités et le personnel posent pour les 10 ans d'Agrobiotech

L’Institut Sophia Agrobiotech associe des équipes de recherche de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), de l’Université Nice Sophia Antipolis (UNS) et du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS). Avec un effectif de 220 personnes, dont 170 agents permanents travaillant pour l’Institut Sophia Agrobiotech : 52 chercheurs et enseignants-chercheurs et 43 ingénieurs, 75 techniciens et administratifs, l’Institut Sophia Agrobiotech constitue un pôle de recherche majeur en France pour la Santé des Plantes. Plus de 17 nationalités différentes sont représentées au travers de la quarantaine de doctorants et post doctorants régulièrement présents sur le site.

Il bénéficie d’un complexe de laboratoires modernes sur plus de 9000 m², d’équipements de pointe en génomique et en biologie cellulaire, de moyens performants pour l’élevage contrôlé des plantes et des insectes en chambres climatiques et en serres et d’installations innovantes pour la production intégrée sous serre.

Les travaux scientifiques menés au sein de l’Unité Mi Institut Sophia Agrobiotech concernent l’étude du fonctionnement des interactions entre plantes, bioagresseurs et symbiotes et leur dynamique dans le temps et l’espace. L’Institut fédère des compétences fortes en génomique comparative, évolutive et fonctionnelle, en écologie des communautés et en agronomie et développe des stratégies agronomiques innovantes (résistance des plantes, protection intégrée, lutte biologique), plus respectueuses de l’environnement et de la santé humaine.

 

Didier Heroart lors des discours officiels
Discours officiels des 10 ans
Officels
Officiels et invités des 10 ans d'Agrobiotech

 

L'Histoire de l'Institut

La volonté de fédérer les équipes de recherche du pôle niçois travaillant sur les interactions autour de la plante sur des problématiques de physiologie végétale et d’écologie terrestre en un même lieu est née au début des années 90. Les équipes de l’INRA à Antibes et le Laboratoire de Biologie végétale et Microbiologie de l’Université de Nice-Sophia Antipolis (UNS), associés au CNRS, ont pris conscience de l’importance de mettre en commun leurs concepts, leurs démarches et leurs moyens afin d’atteindre un niveau supérieur de créativité et de compétitivité.

Au terme d’une action persévérante menée par l’INRA et l’Université de Nice-Sophia Antipolis (UNS) et soutenue par le CNRS, le projet AGROBIOTECH a été concrétisé à l’automne 1998 par un engagement de cofinancement entre l’INRA, le Conseil Général des Alpes Maritimes, le Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur et la DATAR pour la construction d’un bâtiment de 5000 m2 sur la Technopole de Sophia Antipolis.

L’aménagement des équipes sur le site d’AGROBIOTECH a été réalisé en deux phases successives dans le courant de l’année 2004,  janvier pour les équipes INRA du centre d’Antibes et juin pour les universitaires du parc « Valrose ». Cette nouvelle configuration a permis une très forte interaction entre les équipes et les unités au sein du centre INRA de Sophia Antipolis et la proximité des autres instituts de recherches comme l’INRIA et ou le CNRS, avec l’Institut de Pharmacologie moléculaire et Cellulaire, a contribué au développement de nouveaux programmes de recherches et a facilité la construction et l’accès à un ensemble de plateaux et de plateformes techniques.

Porté par Pierre RICCI et avec la volonté de Guy RIBA et de Marion GUILLOU, le centre de Sophia-Antipolis a été identifié comme l’un des cinq premiers pôles structurants de l’INRA, dans son schéma stratégique 2006-2009, dévolue à la santé des plantes en partenariat fort avec l’Uns et le CNRS. En 2010, création du centre PACA avec la fusion des centres d’Avignon et de Sophia Antipolis, et l’identification de 3 pôles dont le pôle santé des plantes de Sophia Antipolis. Suivi en 2012 de la fédération des quatre unités du site de Sophia au sein d’une UMR de grande taille, appelée Institut Sophia AGROBIOTECH. Cette entité tripartite regroupant l’INRA, l’UNS et le CNRS représentait pour l’INRA, au niveau national, une opération structurante « phare » dans le domaine de la santé des plantes.

 

Pierre Abad directeur de l'ISA
Pierre ABAD directeur de l'ISA

Les thématiques de recherche de l'ISA

Dans le contexte du développement durable et de la préservation de la biodiversité, promouvoir une agriculture utilisant moins de produits chimiques pour la protection des plantes, tout en préservant sa compétitivité, est devenu un enjeu national et européen. Le pôle de recherche de Sophia-Antipolis mobilise des compétences pluridisciplinaires pour répondre à ces enjeux.

Les recherches menées à l’Institut Sophia Agrobiotech ont pour objectif :

  • d’élargir la gamme et augmenter l’efficacité des méthodes alternatives à la lutte chimique (résistances variétales, lutte biologique, biopesticides, etc.) ;
  • de développer des méthodes de lutte durables dans le temps et promouvoir une protection intégrée (utilisant une combinaison de méthodes, avec une utilisation des pesticides uniquement en dernier recours) ;
  • de contribuer à répondre aux ambitions du Grenelle de l’environnement et à la problématique  Ecophyto 2018, au projet de réduire de moitié l’utilisation des pesticides dans l’agriculture française.

Ces enjeux, qui concernent l’ensemble des filières de l’agriculture française et européenne, sont particulièrement sensibles dans les domaines à forte valeur ajoutée comme la production de fruits et légumes et l’horticulture sous serre, filières avec lesquelles l’ISA a su développer, depuis plusieurs décennies, des liens privilégiés.