Gaël Cristofari, dans le palmarès du 500ème numéro de la revue "La recherche"

Gaël Cristofari, jeune biologiste à l'IRCAN de 39 ans, apparaît dans le 500ème numéro de la revue "La recherche" qui consacre un dossier à la jeune garde de la recherche française. Dans ce numéro spécial, le journal dresse un portrait d'une trentaine de chercheurs de moins de 40 ans qui constituent l'avenir de la recherche française.
Gaël Cristofari, dans le palmarès du 500ème numéro de la revue "La recherche"

Gaël Christofari - crédit photo ©A. Macarri Service Communication

Après avoir effectué son post doctorat à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse, Gaël intègre l'ENS Lyon pour travailler sur les rétrovirus avant de rejoindre l'IRCAN (UNS, CNRS, Inserm) en 2011. Il crée en 2012 sa propre équipe de recherche "Rétrotransposons et plasticité du génome". L'équipe travaille sur les retrotransposons, des éléments génétiques mobiles chez l'homme, des fragments d'ADN, capables de se multiplier dans notre génome de façon indépendante des gènes. Et ces éléments sont nombreux puisqu'ils représentent plus de 40% du génome humain, soit près de la moitié.

L'équipe travaille à mieux connaitre le fonctionnement de ces éléments : comment se multiplient-ils et avec quelles conséquences sur le génome ? que se passe-t-il lorsqu'ils s'insèrent : est-ce qu'ils cassent les gènes, sont-ils au contraire bénéfiques, peuvent-ils s'insérer n'importe où ? comment se réactivent-ils ? Par exemple, ils sont réactivés dans près de la moitié des tumeurs épithéliales, comme le cancer du colon ou du poumon, ce qui pourrait être mauvais pour le pronostic vital d'un patient. Comprendre le fonctionnement biologique de ces éléments permettrait de contrôler leur progression et leur déplacement donc de mieux comprendre l'apparition de certaines tumeurs.