Harcèlement, cyberharcèlement, sécurité et bien-être des élèves

L’observatoire international de la violence à l’école, installé à l’Université Nice Sophia Antipolis depuis le printemps dernier, organise sa première conférence internationale sur le thème du « harcèlement, cyberharcèlement , sécurité et bien-être des élèves » ce mercredi 9 octobre sur le site de l’école supérieur du professorat et de l’enseignement (ex-IUFM).

La sécurité et le bien-être des élèves, la prévention du harcèlement et du cyberharcèlement peuvent avoir un impact négatif sur la santé des jeunes, leur bien-être et leur capacité à apprendre. Selon une étude, plus de 6 jeunes sur 10 se déclarent être victimes de violences et plus d’un tiers se disent avoir été auteurs de violences.

 

Au cours de cette journée, le contexte français de la cyberviolence et du cyberharcèlement sera analysé ; l’exemple de l’Angleterre, sera présenté puisque depuis plus de 20 ans, le pays met en place des actions pour lutter contre le phénomène. Les liens entre la victimisation et le bien être des élèves seront analysés et présentés. Enfin des exemples concrets seront donnés d’interventions dans les établissements scolaires pour sensibiliser les mineurs aux risques d’internet et l’éducation des jeunes aux bonnes pratiques d’internet.


Un organisme international pour lutter contre la violence à l’école

 

L’observatoire international de la violence à l’école, présidé par Catherine Blaya, Professeur des universités en sciences de l’éducation à l’UNS, est une fédération de chercheurs créée en 1998 qui a pour objectif notamment de réaliser des études scientifiques ou des missions d’expertises pour des organismes nationaux ou internationaux sur la violence en milieu scolaire, d’évaluer scientifiquement les programmes et politiques publiques de lutte contre le phénomène et de renforcer les liens entre la recherche et la pratique et l’élaboration de propositions concrètes pour des actions de terrain appuyées sur les résultats des enquêtes scientifiques.