J’ai testé pour vous… Les ateliers "Gestion du stress"

Les ateliers "Gestion du Stress et Relaxation (GSR)" ont commencé sur le campus St Jean d’Angely. Trois séances de deux heures sont proposées aux étudiants et personnels de l’UNS. En se fixant un objectif de relaxation et d’amélioration de la gestion du stress, les organisatrices espèrent rendre un grand service sur le plan psychologique aux étudiants. Qu’en est-il de ces ateliers, comment se composent-ils ? Le 27 février, je les ai testés pour vous.
J’ai testé pour vous… Les ateliers "Gestion du stress"

Crédit photo © A.Macarri

Lundi 9h30, arrivée un peu en avance, après avoir reçu l’adresse du lieu, je bataille pour trouver la salle dans le campus Saint Jean d’Angely. Enfin dans la salle où je passerai les deux prochaines heures, je retrouve Sophie Bereny, l’animatrice et quelques étudiants. Après avoir enlevé mes chaussures, je me positionne sur un tapis et me réchauffe grâce à la couverture fournie. Nous attendons tous les participants et le cours commence.

Sophie Bereny commence par se présenter puis c'est à notre tour. Chacun à notre manière, nous exprimons donc à l’assemblée de vingt personnes qui nous sommes et ce que nous attendons du cours. L’organisatrice marque consciencieusement certaines informations au tableau. Arrive alors une partie plus théorique où nous exprimons ce qu’est le stress, comment nous le ressentons et quels en sont les aspects physiques.

Vient enfin la seconde partie. Après avoir parlé pendant une heure, l’atelier devient plus physique. On ne parle pas ici de sport intense, mais d’exercices de respiration. Apprendre à maîtriser le stress, c’est avant tout apprendre à maîtriser ses capacités respiratoires. Tous debout, nous respirons par le ventre, quand notre enseignante considère l’exercice réussi, on s’assoie et on attend la dernière partie. Allongés sur le tapis de sol, recouverts d’une couverture, la partie que nous attendons tous commence : la relaxation. Au son de la voix de Sophie Bereny nous nous endormons à moitié, dans un état entre la conscience et l’inconscience. Cet état dure un (trop) petit moment. Quelques dizaines de minutes après il est déjà temps de se réveiller. Un retour à la réalité un peu difficile, beaucoup étant tombés dans un état proche du sommeil.

Sophie Bereny est à l’origine de ces ateliers composés de 2 sessions de 3 semaines par année. Elle se réjouit de l’engouement de ces ateliers pour lesquels la demande ne cesse de croître. Elle reçoit beaucoup de retours très positifs notamment sur les résultats aux examens. Les étudiants évoquent un intérêt grandissant pour les ateliers, les techniques et principalement les bienfaits liés à cet apprentissage. Sophie Bereny en est d’ailleurs ravie « Je donne ces outils pour que les étudiants les utilisent pendant leurs examens, mais aussi en dehors de ces sessions. »

Violaine Hervy