L’UNS se mobilise pour les étudiants réfugiés

L'UNS a mis en place plusieurs actions concrètes pour accueillir et aider les étudiants réfugiés qui souhaitent s'inscrire à l'Université. Exonération des droits d'inscription et cours de français sont les premières actions en attendant des mesures plus pérennes.
L’UNS se mobilise pour les étudiants réfugiés

crédit photo A. Macarri

Qu’ils aient quitté leur pays d’origine pour fuir la violence ou la persécution, le sort des réfugiés ne laisse personne indifférent. Parmi eux, un certain nombre (il n’existe pas de statistiques précises à ce sujet) sont des étudiants qui ont dû stopper un cursus universitaire commencé dans leur pays d’origine. Au niveau national, les sites internet du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et de campus France ont publié l’ensemble des informations nécessaires pour leur poursuite d’étude en France (s’inscrire dans une université, trouver un logement, obtenir une bourse, faire reconnaître son diplôme). Quelques établissements parisiens se sont rassemblés autour de RESOME le Réseau Etudes Supérieures et Orientation des Migrant.e.s et Exilé.e.s. Mais la plupart des initiatives pour aider ces étudiants réfugiés sont locales et propres à chaque université.

A l’UNS, des actions se mettent progressivement en place depuis cet été. A l’origine de ces actions, 2 enseignants-chercheurs, Karine Emsellem et Michel Rueher. La première est maitre de conférences en géographie, le second professeur des universités à Polytech Nice Sophia. Ils se sont connus par le biais de l’association d’aide aux réfugiés dont ils font partie tous les 2.

Au mois de juillet, ils sont interpellés au sujet d’une étudiante d’origine algérienne qui a fui le régime en place dans son pays et qui a fait une demande d’exonération de ses droits d’inscription pour venir faire ses études à l’UNS. Ils rencontrent alors Frédérique Vidal pour voir la suite réservée à la demande de cette étudiante et de manière plus générale les actions qu’il serait possible de mettre en place pour accueillir ces jeunes réfugiés qui souhaitent poursuivre ou simplement entamer leurs études à l’UNS.

De cette réunion, naîtront 3 actions concrètes : l’exonération des droits d’inscription pour les étudiants réfugiés, la mise en place d’une formation spécifique de remise à niveau en français et une aide à l’hébergement.

Les 2 chercheurs sont en contact permanent avec des associations locales qui prennent en charge les réfugiés. Ils assurent l’interface entre ces associations et l’UNS pour essayer de définir le meilleur projet possible pour l’étudiant, le diplôme à valider et/ou à préparer et les aider dans leurs démarches d’inscription. Parmi les conditions pré-requises pour être intégré dans cette démarche, l’étudiant doit avoir un récépissé de demande d’asile. 12 étudiant(e)s sont inscrits en première année de français langue étrangère.

Au-delà de ces démarches mises en place dans l’urgence, l’UNS souhaite une démarche plus pérenne avec la création d’un diplôme universitaire en apprentissage du français (langue et civilisation) pour ces étudiants réfugiés. En large partie fondée sur le bénévolat, cette formation fera appel à des personnels de l'UNS pour l'apprentissage de la langue, mais aussi pour des thématiques de découverte de la société française. L’objectif de ce DU est de leur permettre ensuite de rejoindre un cursus universitaire.

Contacts : ,

Delphine Sanfilippo