La bague alarme développée par le LEAT, médaille d'argent du concours Lepine

Le Laboratoire Electronique Antennes et Télécommunication (LEAT) et la société grassoise Engineering Security ont été récompensés par la médaille d'argent du concours Lepine pour la bague alarme qu'ils ont mise au point. Cet objet, connecté, sans fil et miniaturisé permet de donner, de façon discrète et dissimulée, l’alerte face à une situation inhabituelle de violence. La technologie repose sur la radio-identification par ultra hautes-fréquences, un des domaines d'expertise du LEAT.
La bague alarme développée par le LEAT, médaille d'argent du concours Lepine

De gauche à droite : Philippe Le Thuc, Imen Cherif, Aliou Dallio, Robert Staraj

L'histoire entre le LEAT et la société Engineering Security commence en 2011 lorsque Imen Cherif, alors étudiante en première année en DUT Techniques de commercialisation, apprend à la télé le décès d'un bijoutier cannois dans un braquage à main armée. Elle a alors l'idée de mettre en place un système d'alarme intégré dans une bague, facile à activer. C'est donc tout naturellement qu'elle se tourne vers le LEAT, laboratoire de recherche de l'UNS et du CNRS, et sur son savoir-faire en matière d’antennes optimisées sur de multiples ou larges bandes de fréquences et en techniques de miniaturisation.

Pour Robert Staraj, Professeur d'université et responsable de l'équipe "Conception et modélisation d'antennes" au sein du LEAT "le projet présenté par Imen Cherif était intéressant car il nous fallait trouver comment résoudre le problème de la miniaturisation, de la transmission et du non rechargement de la bague ; il était important de mettre au point un objet sans batterie pour être certain de ne pas avoir de souci de chargement au moment de son utilisation par le commerçant". Avec l'aide de Philippe Le Thuc  et Aliou Diallo, tous deux maitres de conférence au LEAT, un premier prototype est mis au point en 2013 puis au fur et à mesure des améliorations sont apportées jusqu'au produit présenté et récompensé au concours Lepine en 2016.

Prototype de la bague alarme - crédit photo © A. Macarri
Protype de la bague alarme - crédit photo © A. Macarri

Concrètement, le commerçant qui se sent menacé, peut donner l'alarme en appuyant sur la bague. Un message est alors transmis au numéro de téléphone désigné au départ par le commerçant  (la police, une agence de sécurité, par exemple) via le réseau téléphonique cablé puis par voie hertzienne sur le téléphone GSM choisi.

Cet objet est une nouvelle utilisation de la technologie RFID  UHF - radio-identification par ultra hautes-fréquences, qui n'a pour le moment jamais été utilisée dans un dispositif d'alarme.

Cette bague-alarme a fait l’objet d’un dépôt de brevet en mai 2015 et présente de nombreux avantages pour la conception d’un objet connecté destiné à des fins sécuritaires.

Elle a valu à Imen Cherif et à sa société de nombreux prix et concours comme par exemple le concours "PME Innovantes du Numérique PACA 2015", le prix Monte Carlo "Femme de l'année 2016" dans la catégorie "innovation technologique" et d'être sacrée "Reine de la Frech Tech Côte d'Azur". La médaille d'argent du concours européen Lepine consacre un beau parcours pour cette jeune femme de 24 ans qui se définit comme un inventeur.

La prochaine étape va être de faire designer cet objet par un bijoutier pour pouvoir présenter plusieurs modèles. Et bien sur l'indispensable et délicate étape de la levée de fonds.

Contacts :

Interviews de Philippe Le Thuc et Imen Cherif

Le LEAT développe une bague alarme from Université Nice Sophia Antipoli on Vimeo.