La faculté des sciences du sport prépare les jeux Olympiques de Rio

La faculté des sciences du sport, par l'intermédiaire du Laboratoire Motricité Humaine Education Sport Santé (LAMHESS) sera aux côtés des athlètes français qui préparent les jeux olympiques de Rio en 2016.
La faculté des sciences du sport prépare les jeux Olympiques de Rio

photo Rio by night ©Jack Hynes

Depuis 2009, le laboratoire a construit des partenariats de recherche et de suivi scientifique de la performance avec des athlètes français de niveau mondial. L’expertise des chercheurs, la qualité et l’originalité du plateau technique font du LAMHESS un centre de référence dans l’évaluation et le suivi biomécanique et physiologique des sportifs de haut niveau en France. A cet encadrement scientifique, s’ajoute une collaboration forte avec l’Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance (INSEP) à Paris et avec le CREPS PACA qui gère les pôles France sur la région.

Pour une récupération optimale

Ainsi de 2010 à 2012 lors de la préparation des Jeux de Londres, l’équipe de France de BMX a été le sujet de plusieurs études scientifiques dirigées par le Pr Jeanick Brisswalter, portant sur les stratégies de récupération (Nutrition, Cryothérapie, Immersion…) et publiées dans les revues internationales International Journal of Sports Medicine en 2013 et International Journal of Sports Physiology and Performance en 2014. Ces travaux, qui visent à identifier les stratégies de récupération optimales pour préparer les grandes échéances internationales, ont été depuis étendus aux équipes de France de cyclisme sur piste, escrime et squash et le seront pour le pentathlon en vue des JO de Rio 2016.

Evaluer la performance sportive

De même, au printemps 2011 et 2012, Christophe Lemaitre (recordman de France du 100 m) et Jimmy Vicaut (actuel meilleur sprinter français sur 100 m) ont été les sujets d’études scientifiques uniques dirigées par le Pr Jean- Benoit Morin, et publiées dans les revues internationales European Journal of Applied Physiology en 2012 et Scandinavian Journal of Science and Medicine in Sports en 2015. Ces athlètes bénéficient toujours de cet encadrement scientifique, notamment par des mesures de terrain. Enfin, des méthodes innovantes développées en collaboration par ces chercheurs du LAMHESS, avec par exemple l’application pour smartphone « MyJump » vont permettre d’appliquer le même type de suivi des qualités physiques aux équipes de France de Rugby à 7, de Volley Ball, et à d’autres athlètes d’élite en vue des prochains JO.