L'European Innovation Academy - une Summer School Entrepreneuriale aux ambitions affichées

Pour sa deuxième édition, l’EIA a pris ses quartiers sur le campus Saint Jean d’Angély. L’UNS et la Ville de Nice ont la chance d'être les partenaires de cet incroyable creuset de talents qu’est l’EIA. Plus de 600 étudiants venus du monde entier disposaient de 15 jours pour « transformer une idée en business » : voilà l’ambition de ce programme international de 3 semaines. 10 places étaient ouvertes pour des étudiants de l'UNS. Immersion au coeur de cet événement hors norme.
L'European Innovation Academy - une Summer School Entrepreneuriale aux ambitions affichées

Le Final Pitch - crédit photo ©A. Macarri - Service Communication

Pour relever ce challenge, l’EIA a construit son modèle avec des enseignants des plus prestigieuses universités comme Stanford et Berkeley mais également en collaboration avec des entreprises innovantes telles que Google, Amadeus, Rovio (Angry Birds), Samsung, Orange et le Credit Agricole.
Un seul objectif pendant ces 3 semaines, offrir aux étudiants une expérience unique en les faisant participer à d’incroyables sessions de mentoring, compétitions, hacking etc…

 

L’EIA c’est avant tout un programme international (65 nationalités représentées), et pour l'UNS, c’est l’opportunité de rayonner aux quatre coins de la planète.

Mais c’est aussi une formidable expérience humaine.

 

Ken Singer

 

Lorsque le charismatique Ken Singer Director @ Center for Entrepreneurship and Technology à UC Berkeley ouvre l’EIA devant un amphi bondé, il impose aux étudiants de se déplacer et de se rapprocher d’un étudiant d’un autre pays. Il explique que l’équipe est le fer de lance de la compétition, qu’il faudra être attentif lors du choix de ses partenaires.

 

Il explique également que "la création d’une start up est un acte de rébellion », l’auditoire est captivé, les futurs entrepreneurs galvanisés.

 

 

 

 

Sans attendre, les équipes se constituent et se mettent au travail avec des activités de management de projet.

 

 

Il faudra ensuite prendre conscience des compétences nécessaires, des forces et des faiblesses de chaque équipe, des exigences du marché … puis réajuster, modifier son équipe, rencontrer de nouvelles personnes en séduire d’autres. 

 

 

Enfin, pour faire avancer son projet, les mentors vont se succéder distillant avec bienveillance des conseils mais aussi des mises en garde poussant les équipes dans leurs retranchements.

 

 

" Avez vous surveillé la concurrence ?" " Quel est votre potentiel de croissance sur votre segment ?"

C’est sûr, il va falloir sortir de sa zone de confort en confrontant son idée mais également son état d’esprit dans cet environnement compétitif.

 

 

Une fois l’idée de business clairement exposée sur le papier, le projet sera peut être sélectionné et considéré comme « viable ». Commence alors la deuxième semaine de développement de l’application. Engager des designers, des développeurs tout ça dans un seul but : obtenir le vendredi (BIG Friday) un potentiel de 1000 clients … Qu’on se le dise, les développeurs ne dormiront pas beaucoup ! 

 

 

 

Heureusement, les premières récompenses sont là pour remotiver les troupes.

 

 

Et puis, bien évidemment, si les étudiants du monde viennent à Nice pour 3 semaines ce n’est pas uniquement pour travailler.

Tout entrepreneur a droit à quelques heures de répit.

Quoi de plus agréable que de découvrir la french riviera avec ses nouveaux amis dans ces moments là ?

 

 

 

Enfin, la 3ème semaine est consacrée à la recherche d’investisseurs.

Cela passe par le pitch : l’art de savoir vendre son projet, son équipe, son histoire. Il faut apprendre le "story telling" 

 

Encore une fois les conseils sont prodigués par des coachs de renommée internationale.

Les équipes restantes s’entraineront avant de passer devant un jury composé de spécialistes, d’investisseurs, de développeurs qui mettront à mal leur projet afin de n’en sélectionner que 10.

 

3 semaines se sont écoulées depuis les premières rencontres, c’est le jour du grand oral, de la finance. Des investisseurs de silicon valley sont présents pour écouter les pitchs.

 

Mais quelque soit le résultat, ce qui compte avant tout c’est l’expérience acquise et les rencontres faites.

 

L'équipe de Yohan - Projet Shummy - photo ©C. Rousseau Service communication

 

Comme en témoigne Yohan (MIAGE) l’un des 10 étudiants UNS invités, avec son équipe multiculturelle, ils ont su s’entendre et se surpasser pour proposer un projet d’application basé sur l'économie du partage social (social share economy) qui, même s’il n’a pas été sectionné pour la finale, est promis à un bel avenir (lancement prévu en septembre).

 

L’EIA c’est donc tout ça, une expérience hallucinante de « summer school entrepreneuriale dans l'IT » à l’américaine rythmée, challengente et extrêmement professionnalisante. A Nice, sur le campus Saint Jean d'Angély de l'UNS, en seulement 3 semaines, les étudiants se sentent appartenir à une famille un peu particulière : celle des créateurs de start up innovantes, comme le rappelle une vidéo faite de petits messages d'encouragements des alumni du monde entier.