Ondes gravitationnelles : le laboratoire ARTEMIS fait partie de l'aventure

Le laboratoire ARTEMIS, unité mixte de recherche commune à l'UNS, l'Observatoire de la Côte d'Azur et le CNRS, a été une des 6 équipes françaises de recherche à avoir travaillé à la détection des ondes gravitationnelles issues de la collision de deux trous noirs. Cette découverte intervient 100 ans après la prédiction d'Albert Einstein sur la relativité générale.
Ondes gravitationnelles : le laboratoire ARTEMIS fait partie de l'aventure

Dans l'interféromètre Virgo (Italie, Pise) Crédit photo : Cyril Fresillon / Virgo/ CNRS Photothèque

L’annonce a fait l’effet d’une bombe ce jeudi 11 février chez les physiciens : pour la première fois, 100 ans après les prédictions d’Albert Einstein sur la théorie de la relativité générale, une équipe mondiale de physiciens est parvenue à détecter un signal d’ondes gravitationnelles. Ce signal est apparu le 14 septembre dernier et a duré 2 millièmes de secondes mais cela a suffi à mettre le monde de la physique en émoi. Le signal provient de l'énergie libérée par la fusion de 2 trous noirs. Les ondes gravitationnelles sont une déformation de l’espace qui se propage à travers le cosmos. Toute masse qui bouge engendre une telle onde. Mais on ne peut espérer détecter que les plus puissantes d’entre elles, qui sont créées par les couples de trous noirs ou d’étoiles à neutrons juste avant qu’ils ne fusionnent, ou par une étoile qui explose.

Une quinzaine de chercheurs du laboratoire ARTEMIS (OCA - UNS - CNRS) ont eu des contributions importantes aux interféromètres (LIGO aux Etats-Unis et VIRGO en Italie, et bientôt d’autres) qui permettent la détection des ondes gravitationnelles. Ces contributions portent sur les lasers, la conception et la modélisation des interféromètres, sur l’analyse des données.

Thierry Mandon, Secrétaire d'état à l'enseignement supérieur et à la recherche, a assuré lors de la conférence de presse d'annonce qui s'est déroulée le 11 février dernier au CNRS à Paris, du soutien dans la durée de ces équipes de recherche françaises qui ont aidé à la détection des ondes gravitationnelles.

Catherine Nary-Man, Directrice du laboratoire ARTEMIS, nous explique le rôle du laboratoire dans les équipes LIGO et VIRGO.


Pour en savoir plus : https://www.oca.eu/spip.php?article1024

Lire le communiqué du CNRS : https://www.oca.eu/IMG/file/COMOCA/Communique_presse/CP_CNRS_FR.pdf