Boys’Day Girls’Day : 4ème édition

Alter Egaux et le Rectorat de l’Académie de Nice, organisent pour la 4ème année le Boys’Day-Girls’Day. Ces rallyes-découvertes s’adressent aux élèves de 2nde pour les aider à s’orienter sans préjugés. Les parcours les emmènent à la rencontre des professionnels, femmes et hommes, qui exercent des métiers encore peu mixtes.
Quand ? Du 29-03-2016 à 16:00
au 01-04-2016 à 18:00
S'adresser à
Téléphone 06 52 07 03 37
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

La 4ème édition 2015-2016 du Boys'Day Girls'Day prend une dimension supplémentaire en se déroulant sur 3 journées et 3 bassins d'emplois :

  • le 29 mars 2016 à Nice,
  • le 31 mars à Sophia,
  • le 1er avril à Cannes.

Plus de 2500 jeunes ont participé à des ateliers de préparation pédagogique, organisés dans les établissements scolaires, par Alter Egaux pour les sensibiliser à la diversification des choix professionnels.

Les rallyes-découvertes permettent de découvrir une centaine de métiers en situation.

Parmi ceux-ci : Cheffe d’entreprise, technicienne, ingénieure aéronautique, grutière, sérigraphiste, conductrice de train, architecte, jardinière, chercheure chimiste, physicienne, cheffe de projet innovation, monteuse- câbleuse, Colonelle de l'Armée de l'Air, policière, pompière, responsable sécurité, chirurgienne... Infirmier, préparateur en pharmacie, orthophoniste, fleuriste, puériculteur, sage-femme, agent de voyage, médiateur social, conservateur, documentaliste, assistant social, gouvernant, pédiatre, directeur de crèche.

Les 29 mars à Nice, 31 mars à Sophia et 1er avril à Cannes, 300 ambassadeurs et ambassadrices mixité désignés par leurs camarades de classes de 2nde partiront à la rencontre des professionnel.les qu’ils rencontreront sur leurs lieux de travail, avant de se faire les rapporteurs de l’événement de retour au sein de leurs classes.

La Région PACA, la préfecture des AM, la Métropole Nice Côte d’azur, l’université de Nice-Sophia-Antipolis sont les partenaires de cette opération d’envergure et désormais de renommée nationale (cf la feuille de route du Ministère de l’Education Nationale/8mars : http://www.education.gouv.fr/cid99783/mardi-8-mars-2016-journee-internationale-des-droits-des-femmes.html)

Pour plus d'informations, consulter le site d'Alter Egaux (http://www.alteregaux.org/) et la page dédiée à l'égalité sur le portail académique : http://www2.ac-nice.fr/cid98858/egalite-filles-garcons-partenariat-avec-alter-egaux.html

 Alter Egaux a reçu pour le GDBD, le trophée d’Or de l’Egalité Apec, le 3 juillet 2014.

Cette manifestation existe aussi aux Etats-Unis, Canada, Belgique, Luxembourg et se déroule en France, à Nice.

QUELQUES CHIFFRES POUR MIEUX COMPRENDRE

Les filles sont plus fréquemment titulaires d’un baccalauréat, majoritaires dans l’enseignement supérieur mais les filières restent fortement sexuées. Dans l’enseignement supérieur, 57 % des étudiants sont des filles. Elles sont fortement représentées dans les filières réputées féminines (écoles paramédicales et sociales 82,5 %, sections littéraires des classes préparatoires aux grandes écoles 77,5 %, IUFM 72,5 %...). Les filles ne représentent en revanche que 20 % des étudiants ingénieurs, 38 % des étudiants en sciences et 41 % des étudiants en IUT. Une concentration des femmes sur peu de métiers : la palette des métiers exercés par les femmes est beaucoup plus réduite que celle des hommes. En PACA, 50 % des femmes exercent 25 métiers différents parmi les 486 métiers répertoriés, alors que la moitié des hommes se répartissent sur 68 métiers. Les femmes présentes sur le marché du travail ont plus de difficultés que les hommes à trouver un emploi, leur emploi est plus précaire et leur retraite est faible : en PACA, seulement 59% des femmes actives ont un emploi à temps plein, 25 % travaillent à temps partiel et 16% sont au chômage. Par comparaison, 82 % des hommes actifs ont un emploi à temps plein, 6 % travaillent à temps partiel et 12 % sont au chômage. Ce phénomène s’observe quel que soit l’âge et le niveau de formation. La part des femmes cadres ou exerçant une profession intellectuelle supérieure est deux fois moins importante que celle des hommes au niveau régional. Les métiers sont très peu mixtes (seuls 12% des métiers sont considérés comme mixtes) et les inégalités des grilles salariales des branches professionnelles persistent (avec un BTS secrétariat le salaire de départ n'est pas le même qu'avec un BTS informatique et les évolutions de carrière ne sont pas identiques). Les obligations en termes d’égalité conduisent les entreprises à mettre en place des stratégies favorisant la mixité alors que les bassins de recrutement restent fortement sexués. Les opportunités d’embauches sont donc réelles.      

Plus d'information sur cet événement…