Les catégorisations raciales. Justification savantes, usages politiques et productions épistémologiques

Journée d'études organisées par la Maison des Sciences de l'Homme et de la Société (MSHS).
Quand ? Le 12-02-2016,
de 10:00 à 17:00
Où ? Amphi 031 - Maison des Sciences de l'Homme et de la Société - Campus St jean d'Angély 3
S'adresser à
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

À l’heure où certains auteurs rendent compte de l’émergence d’un « nouveau paradigme de la race » et du retour du concept biologique de « race », de la création de programmes de santé réservés aux Noirs dans l’Amérique contemporaine et des nouvelles pratiques telles que les tests d’ascendance génétique, une mise en perspective sur le temps long et une approche critique telles que peuvent les proposer les sciences humaines apparaissent comme un détour salutaire pour mieux appréhender la complexité de cette notion et les enjeux autour de son dépassement.

Cette journée d’étude a pour objectif de lancer une réflexion interdisciplinaire à la croisée de la philosophie, de l’histoire et de la sociologie sur les mécanismes de production du concept de « race » ou, plutôt, de ses contours successifs. Par-delà la diversité des approches et des méthodes, les liens entre savoir et pouvoir ont été depuis plus d’un demi-siècle un champ d’investigation privilégié par ces trois disciplines. Parce que le dialogue entre ces expertises pourrait contribuer à comprendre la longévité et la ductilité de cette modalité de catégorisation des individus et d’ordonnancement des populations par la « race », cette journée d’étude propose d’explorer les imbrications entre productions savantes et usages politiques des catégories raciales.

Il s’agira d’interroger la manière dont l’ancrage dans des contextes historiques et géographiques donnés participent de la construction de régimes d’altérité spécifiques, tout en étant attentif aux effets de la circulation des savoirs et des politiques de la « race » entre les métropoles et les colonies, entre les empires et entre les États-nations, entre l’Europe et les Amériques. À la lumière des différentes études de cas exposées durant cette journée, nous tenterons aussi de comprendre les modalités selon lesquelles certains de ces différents régimes d’altérité ont pu dans le passé ou peuvent aujourd’hui être travaillés par des rapports de dominations qui visent à imposer comme point de vue universel des conceptions particulières de la « race »[6].

Programme :

  • 10h00 : Bienvenue et présentation
  • 10h20 : Francisco Bethencourt (Department of History, King’s College London) : Les races entre racisme et identité
  • 11h10 : Elsa Dorlin (Université Paris 8 – UMR/LABTOP-CRESPPA) : L’invention du mâle dominant – racisme, sexisme et naissance de la primatologie
  • 12h00 : Magali Bessone (Université de Rennes 1, IUF) : Les focales de la catégorisation raciale et la théorisation de la justice
  • 13h00 : Pause
  • 14h00 : Cécile Vidal (EHESS, CENA/Mondes Américains UMR 8168) : Perspectives modernistes sur les rapports entre l’histoire sociopolitique et l’histoire intellectuelle de la race de part et d’autre de l’Atlantique
  • 14h50 : Paul Schor (Université Paris Diderot, LARCA UMR 8225) : La « nationalité » des statistiques raciales, le cas des Etats-Unis
  • 15h40 : Elisabeth Cunin (IRD, URMIS UMR 8245 – 205) : Le métissage en Amérique latine entre racisme et antiracisme
  • 16h30 : Discussion finale

Plus d'information sur cet événement…