L’empowerment des usagers en santé mentale : un defi politico-mediatique

La prochaine séance du séminaire de recherche "Sciences Humaines et Sociales en Santé Publique" aura lieu le jeudi 26 novembre de 15h à 17h dans l'amphithéâtre de la MSHS (Salle Plate 031) du campus Saint-Jean d'Angély.
L’empowerment des usagers en santé mentale : un defi politico-mediatique

la MSHS

Quand ? Le 26-11-2015,
de 15:00 à 17:00
Où ? campus Saint Jean d'Angély - MSHS
S'adresser à
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

Aujourd’hui, la personne vivant avec des troubles psychiques n’aspire plus uniquement à être dans la Cité. Elle revendique le droit à un dire et à un faire reposant sur son expertise expérientielle, issue de sa rencontre effective avec le trouble psychique. Refusant son statut de patient passif trouvant racine dans les vestiges d’une psychiatrie « top-down » et hospitalo-centrée, elle affirme la légitimité de son savoir, la requalification de sa parole et la singularité de sa souffrance. Porteurs de ses revendications, les associations d’usagers et dans une moindre mesure les GEMs (Groupes d’Entraide Mutuelle) cherchent à orienter les décisions politiques, ainsi qu’à participer au processus d’élaboration et de mise en œuvre des politiques publiques de Santé mentale. Bousculant pensées et pratiques, ceux-ci sont alors confrontés à des résistances politiques et institutionnelles qu’ils cherchent à lever en s’appuyant notamment sur un allié plutôt improbable, le journaliste. L’empowerment des usagers en Santé mentale s’apparente à une révolution mobilisatrice de l’ensemble du corps social qui ne pourra s’opérer que si la lutte contre la stigmatisation trouve-là des solutions efficaces.

  • Aude Caria, directrice du Psycom-PARIS (organisme public d’information, de formation et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale)
  • Virginia Gratien, doctorante en sciences de l’information et de la communication, LIRCES, Université Nice-Sophia Antipolis

Aude Caria dirige depuis 12 ans le Psycom, un organisme public d'information, de formation et de lutte contre la stigmatisation en santé mentale. Ses documents, ses outils et ses actions sont développés et mises en œuvre selon une démarche participative impliquant usagers, proches et professionnels. Psychologue clinicienne, formée en épidémiologie et santé publique, elle a co-dirigée la recherche-action internationale "Santé mentale en population générale : images et réalités" menée par le Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé.

Virginia Gratien mène au sein de l’Université Nice Sophia-Antipolis et du laboratoire LIRCES une recherche-action visant à lutter contre la stigmatisation des personnes souffrant d’un trouble psychique. Sa thèse de Doctorat, placée sous la direction du Professeur Marie-Joseph Bertini, est consacrée à l’analyse comparée de la médiatisation du discours politique sur la Santé mentale en France et en Angleterre. Virginia Gratien est diplômée du CELSA-Paris IV Sorbonne (l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences de l’Information et de la Communication) en Communication politique et des institutions publiques.

Inscription gratuite obligatoire (nombre de places limité) : espace-sante-publique@chu-nice.fr