Delphine

Chargée de communication-marketing territorial - Team Côte d’Azur, elle développe l’attractivité de la Côte d’Azur à l’international.

Responsabilités


Distinctions

Biographie

Quel a été votre parcours scolaire et professionnel avant d'intégrer votre poste actuel ?

J’ai commencé mes études par une licence en Langues Étrangères Appliquées (LEA) à la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de l’Université Nice Sophia Antipolis (UNS) car j’aimais les langues mais je voulais quand même faire une formation généraliste. La licence LEA m’a permis de toucher à tous les domaines des affaires internationales (Économie, Gestion, Marketing, Communication,...) et d’être à l’aise sur ces sujets autant en Anglais qu’en Espagnol.

En Master j’ai décidé de m’orienter vers le secteur non-marchand, celui des associations, des collectivités ou encore des organisations internationales. C’est ainsi que j’ai intégré un Master 1 de Management des Administrations avec une spécialité Marketing et Communication Publics à l’IMPGT d’ Aix en Provence. J’y ai appris à utiliser les outils connus du marketing et de la communication dans un contexte non- commercial.

En Master 2 j’ai intégré le MET, Management Économique des Territoires à l’ISEM de l’Université Nice Sophia Antipolis, pour approfondir mes connaissances en management stratégique à l’échelle des territoires (une ville, une zone d’activités, une région...)
C’est là que j’ai véritablement concrétisé mon projet professionnel : travailler pour une structure publique locale qui encourage la coopération avec l’international. Suite à l’intervention d’un membre de Team Côte d’Azur dans l’un de nos cours, j’ai envoyé une candidature spontanée pour y effectuer mon stage de fin d’études de 6 mois à l’issue duquel j’ai été embauchée en tant que Chargée de Promotion Territoriale pour la Côte d’Azur.

Quel est le profil attendu pour exercer ce métier ? Quelles sont les compétences nécessaires ?

Les personnes qui exercent ce métier ont toutes un point commun : le goût pour l’international. Nous travaillons en anglais principalement avec des personnes de toutes nationalités alors il faut une certaine adaptabilité et une ouverture d’esprit. En termes de compétences, comme la structure est une association, les généralistes sont très appréciés car ils sont polyvalents et peuvent s’adapter à tous les postes. Les personnes qui ont une compétence spécifique un peu technique sont aussi d’une grande aide. Grâce à mes centres d’intérêt j’ai développé des compétences en édition web et en infographie, je me suis démarquée et pu décrocher un stage chez Team Côte d’Azur.

En quoi votre métier est-il un métier d’avenir ?

Mon activité fait partie de ce qu’on appelle le « Marketing Territorial ».
Notre travail consiste à « vendre » à nos cibles internationales non pas un produit mais un territoire : la Côte d’Azur. Plusieurs villes françaises comme ont construit une vraie « marque de territoire », « Only Lyon », qui est déclinée dans toute leur communication officielle.
Ici, ce travail est en cours de construction et représente un énorme challenge car la Côte d’Azur n’englobe pas qu’une ville mais plusieurs destinations avec des identités très fortes comme Cannes, Grasse ou le parc technologique de Sophia Antipolis qui veulent préserver leurs spécificités. Or à l’international, vue depuis les États-Unis par exemple, la Côte d’Azur n’est qu’un grain de sable sur la carte du Monde !
Il faut synthétiser tous les aspects attractifs du territoire pour présenter à nos cibles internationales une « marque Côte d’Azur » unifiée, c’est de là que vient l’expression « marketing territorial ».

Pour finir, quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterait se lancer dans ce domaine ?

Le conseil que je peux donner c’est de saisir toutes les occasions pour s’informer et faire des rencontres. Il y a de plus en plus d’événements dédiés à l’économie internationale, à l’entrepreneuriat et aux startups qui sont ouverts à tous et peuvent créer des vocations chez les étudiants. L’Université, la CCI Nice Côte

d’Azur, les pépinières d’entreprises ou encore ce qu’on appelle les fablabs organisent régulièrement des ateliers, des concours ou des cocktails networking gratuits et ouverts à tous, c’est un bon moyen de voir l’économie sur la Côte d’Azur sous un autre angle et de se faire des contacts.