Orianne

Chargée de mission RSE - GSF, elle promeut la responsabilité sociétale dans le monde de l’entreprise.

Responsabilités


Distinctions

Biographie

Quel a été votre parcours universitaire avant d’intégrer votre poste ?

Je suis diplômée depuis 2014 du Master 2 professionnel Droit économique et des affaires, spécialité gestion juridique des risques et développement durable, de la faculté de Droit et Science politique de l’Université Nice Sophia Antipolis.
Après une première année de droit puis un diplôme de journalisme obtenu au Royaume- Uni, j’ai poursuivi mes études de droit en Licence Administration Publique puis en Master 1 Droit économique et des affaires. Cette année de Master 1 a été décisive dans la poursuite de mes études en Master 2.

Pourquoi le choix du master 2 Droit économique et des affaires ?

J’ai avant tout fait le choix de ce master par intérêt intellectuel pour les domaines relatifs à la gestion des risques, notamment la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises). Il s’agit de la déclinaison des enjeux du développement durable à l’échelle des entreprises. Celles-ci ont une responsabilité particulière vis-à-vis de la société du fait de leur poids économique et de leur impact social et environnemental. Le rôle des entreprises «responsables» au sein des chaînes de production, notamment envers leurs sous- traitants et leurs fournisseurs, se trouve d’autant plus renforcé qu’elles peuvent aussi être un relai pour les pouvoirs publics. Les actions de RSE tendent à la maîtrise et à l’amélioration des impacts sociaux, environnementaux ou encore sociétaux des entreprises, en cohérence avec leurs activités économiques. Cet aspect est particulièrement reflété par la forte contribution de la RSE à la bonne image de marque et à la bonne réputation des entreprises.

Comment se déroule le travail chez GSF au quotidien ?

Au quotidien chez GSF, je participe à la coordination au sein des différentes sociétés du groupe de cette politique de RSE ainsi qu’à la mise en œuvre de son système de management environnemental et énergétique. Je réponds également aux appels d’offres des prospects en matière de RSE. Au-delà, il s’agit d’être force de propositions et de faire émerger des actions innovantes.

Pensez-vous que votre métier soit un métier de demain ?

Oui. Il y a des opportunités d’emploi qui s’ouvrent dans les métiers de la gestion des risques et du développement durable, parmi lesquels les métiers de la RSE. Ces métiers connaissent depuis quelques années un fort développement, les entreprises en ayant saisi la valeur ajoutée. Il existe un besoin dans le monde professionnel qu’il faut savoir saisir, voire créer, d’où ces débouchés.