Soutenance de Mme Laura GRAY : "Exercise stereotypes, fatigue and physical activity in people living with HIV : An identification of psychological and physiological mechanisms at play."

Quand ? Le 06-12-2018,
de 13:30 à 16:30
Où ? Faculté des Sciences du Sport, Nice
Ajouter un événement au calendrier vCal
iCal

Soutenance de thèse de Mme Laura GRAY

"Exercise stereotypes, fatigue and physical activity in people living with HIV : An identification of psychological and physiological mechanisms at play."

Jury

F d’Arripe-Longueville (Université Côte d’Azur), A Chalabaev (Université Grenoble Alpes), C Collet (Université Claude Bernard – Lyon 1), S. S Colson (Université Côte d’Azur), S Laborde (Deutsche Sporthochschule – Köln), B Spire (Université Aix-Marseille)

Résumé

L'activité physique (AP) aurait de nombreux effets bénéfiques chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH), notamment sur la fatigue, qui est l'un des principaux symptômes dans cette population et inclut les éventuels effets secondaires des traitements. Néanmoins, les PVVIH restent insuffisamment actives au regard des recommandations en AP. En s’appuyant sur des théories contemporaines liées aux stéréotypes (e.g., Stereotype Embodiment Theory, Levy, 2009; Stereotype Threat Theory, Steele & Aronson, 1995) et une approche integrative de la fatigue (Kluger et al., 2013), ce travail de thèse a postulé que l’endossement ou l’activation de stéréotypes liés à l’exercice joueraient un rôle sur le niveau d’AP des PVVIH ainsi que sur leur performance dans des tâches fatigantes. La première partie de cette dissertation a identifiée le contexte des stéréotypes liés à l’AP et au VIH à travers une approche qualitative (Study 1) et a amenée le développement et la validation d’une échelle spécifique (Study 2). La deuxième partie, avait pour objectif d’identifier les mécanismes en jeu dans la relation entre stéréotypes liés à l’exercice, fatigue et AP. Les résultats montrent que les stéréotypes liés à l’exercice pourraient influencer l’AP par le biais du mécanisme d’ego depletion, indexé par la fatigue perçue et, tempéré par l’auto-efficacité (Study 3), et que la fatigue perçue et la fatigabilité pourraient dépendre du niveau d’AP des PVVIH, les PVVIH les plus actifs étant caractérisés par une fatigue perçue et une fatigabilité moindre. Enfin, basé sur la menace du stéréotype, la dernière partie de ce travail doctoral a indiqué que la menace du nonexerciser stereotype pouvait affecter la fatigabilité des PVVIH moins actives (Study 5) mains pas celle d’adultes sains (Study 6). De plus, l’auto-efficacité a tempéré l’effet de menace du nonexerciser stereotype chez les PVVIH moins actives (Study 5). Ces résultats enrichissent la littérature sur les stéréotypes dans le domaine de l’AP tout en soulevant des questions pour les modèles contemporains de la fatigue dans des pathologies chroniques.

Mots Clés : VIH ; Activité physique ; Fatigue ; Performance ; Stéréotypes ; Auto-efficacité.