L'équipe "Ostéoimmunologie, Niches et Inflammation" du LP2M décrypte le dialogue entre intestin et os dans la maladie de Crohn

Les chercheurs de l'équipe "Ostéoimmunologie, Niches et Inflammation" du LP2M (Laboratoire de Médecine Moléculaire, UNS/CNRS UMR7370) en collaboration avec le service de Gastroentérologie du CHU de Nice, ont mis en évidence un dialogue entre système digestif et os qui explique les conséquences osseuses très fréquentes observées dans la maladie de Crohn. Ces travaux pourraient avoir des conséquences pour la thérapie des rhumatismes inflammatoires chroniques. Ils viennent d'être publiés dans la prestigieuse revue Gut.
L'équipe "Ostéoimmunologie, Niches et Inflammation" du LP2M décrypte le dialogue entre intestin et os dans la maladie de Crohn

Interaction entre un ostéoclaste et des cellules Th17

La maladie de Crohn est associée à des manifestations extra-intestinales dont une perte osseuse qui affecte près de la moitié des patients. Cette perte osseuse est associée à une augmentation du nombre et de l'activité des cellules qui résorbent l'os, les ostéoclastes, mais ses mécanismes sont longtemps restés flous.

L'équipe vient de montrer que l'inflammation intestinale observée dans la maladie de Crohn induit la formation de lymphocytes appelés cellules Th17 qui produisent des quantités importantes de médiateurs inflammatoires tels que l'interleukine 17 et le TNFa. Ces lymphocytes migrent de l'intestin vers la moelle osseuse dont ils modifient l'environnement de façon à pouvoir s'y maintenir, perpétuant ainsi un état inflammatoire. Dans la moelle osseuse, ils agissent sur les précurseurs des ostéoclastes dont ils augmentent le recrutement et la différenciation, ce qui conduit à la destruction du tissu osseux.

Ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques pour bloquer à la fois l'inflammation et la perte osseuse associées à la maladie de Crohn, mais également à d'autres maladies inflammatoires chroniques.

Ciucci et al, Gut, 2015