arrow drop search cross
arrow drop search cross

[Conférence LC] "Les ankylostomes : une nouvelle voie pour le développement de médicaments"

Venez rencontrer Séverine Navarro (PhD, Responsable d'équipe du groupe d'immunologie muqueuse, Université de technologie de Brisbane, Australie) lors de sa conférence le jeudi 17 octobre à 14h au Co-learning SophiaTech (Bâtiment Forum, niveau -1).


17-10-2019   :   14h00
Publication : 17-10-2019
Partager cet article :

Résumé de l'intervention :

Près d'un milliard de personnes souffrent d'allergies, entraînant une morbidité considérable et une mauvaise qualité de vie. Avec la prévalence la plus élevée au monde, le coût des maladies allergiques en Australie dépasse 9 milliards de dollars par an. Certaines espèces bactériennes spécifiques, de même qu’une faible diversité microbienne ont été associées au phénomène allergique. Plusieurs facteurs influencent la colonisation microbienne, à savoir l'alimentation maternelle, le mode d'accouchement, l'absence d'allaitement ou encore la prise d’antibiotiques.

Plusieurs études cliniques et expérimentales ont montré qu’une thérapie par les helminthes vivants, notamment les ankylostomes, améliore les maladies inflammatoires chroniques en favorisant la création de circuits immunitaires régulateurs, en particulier l'induction de lymphocytes T régulateurs (Treg) et la modification du microbiome intestinal. Une grande partie de cette fonction immunomodulatrice peut être attribuée à la sécrétion de protéines d’helminthes dans les tissus hôtes.

Nous avons récemment démontré que des protéines anti-inflammatoires issues d’ankylostomes (AIP) induisent l'expansion des Tregs qui favorisent alors une protection à long terme contre l'asthme allergique et les colites chez la souris, à la fois sur le plan thérapeutique et sur le plan prophylactique. Les protéines recombinantes de l’ankylostome représentent une nouvelle stratégie thérapeutique pouvant fortement impacter le traitement et la progression des maladies inflammatoires chroniques.

Abstract:

Nearly a billion-people suffer from allergies, resulting in considerable morbidity and poor quality of life. With the highest prevalence in the world, the cost of allergic diseases in Australia is over $9 billion per year. Specific bacterial species and low microbial diversity have been associated with allergy. Among the factors that influence microbial colonization, maternal diet, mode of delivery, absence of breastfeeding and antibiotics have been identified.

Several clinical and experimental studies have shown that live helminth therapy, hookworms in particular, ameliorates chronic inflammatory diseases by promoting regulatory immune circuits, particularly the induction of regulatory T cells (Tregs) and the modification of the intestinal microbiome. Much of this immunomodulatory function can be attributed to the secretion of helminth proteins into host tissues.

We have recently reported that the hookworm-derived anti-inflammatory proteins (AIP) induce the expansion of Tregs that promote long-term protection against allergic asthma and colitis in mice, both therapeutically and prophylactically. Hookworm recombinant proteins are a novel therapeutic modality with the potential to profoundly impact the management and progression of chronic inflammatory diseases.

 

Conférence en anglais - Entrée libre et gratuite - Café offert ! 

Inscription recommandée