Robin KAISER

Responsabilités


Distinctions

Biographie

Robin Kaiser a effectué sa thèse à l’Ecole Normale Supérieure à Paris en 1990 sur le refroidissement des atomes par laser (dans le groupe de C. Cohen-Tannoudji), un des groupes pionniers de ce domaine de recherche. Robin Kaiser a notamment réalisé une expérience sur le refroidissement d’atomes en dessous de la vitesse de recul d’un photon, une limite considérée comme infranchissable auparavant. Après un séjour postdoctoral à l’université de Harvard sur des projets visant à réaliser l’antimatière (dans le groupe de G. Gabrielse), Robin Kaiser a été recruté au CNRS à l’Institut d’Optique à Orsay pour travailler sur l’optique atomique (dans le groupe d’A. Aspect). Il y a développé des miroirs à atomes en utilisant des ondes évanescentes à la surface de primses superpolis.

Depuis 1997 il a rejoint l’INLN à l’UNS où il mène des travaux sur l’interaction entre la lumière et des vapeurs atomiques refroidies par laser. Robin Kaiser s’intéresse aux processus de diffusion multiple de la lumière dans des vapeurs atomiques refroidis par laser. Parmi les effets mis en évidence dans le groupe d’atomes froids à l’INLN, on note (i) la rétrodiffusion cohérente vers l’arrière (considéré comme précurseur de la localisation forte d’ondes élastiques), (ii) la diffusion lente de la lumière dans des vapeurs d’atomes froids, (iii) la réduction coopérative de la force de pression de radiation quasi-résonnante, (iv) les oscillations auto-entretenues de nuages d’atomes froids, (v) les vols de Lévy ou encore (vi) des laser aléatoires (laser sans miroirs). Ces travaux de recherche fondamentale s’ouvrent vers d’autres domaines comme le transport mésoscopique et les milieux désordonnés, la physique des plasmas ou encore l’astrophysique.