Kay-Dietrich WAGNER

Responsabilités


Distinctions

  • Grand prix de Cancérologie, Fondation Simone et Cino Del Duca (Académie des Sciences)

Biographie

Les travaux de recherche de Kay Dietrich-Wagner, directeur de recherche Inserm à l’Institut de Biologie Valrose en collaboration avec Nicole Wagner, chargée de recherche Inserm, ont démontré que la désactivitation d’un gène (WT1 pour Wilms Tumor Suppressor) permet d’inhiber l’angiogenèse tumorale, d’activer le système immunitaire et de bloquer l’apparition de métastases.

Les résultats suggèrent donc que le gêne WT1 est une cible thérapeutique pertinente pour de nouvelles stratégies anti-cancéreuses. Décrit initialement comme gène suppresseur de tumeur en raison de son inactivation par mutation dans la tumeur de Wilms (néphroblastome), le rôle promoteur de tumeur de WT1 a été redéfini récemment en raison de sa sur-expression dans les cellules tumorales de nombreux types de cancers chez l’homme (cancer du pancréas, du sein, du poumon, glioblastomes) où il favorise la prolifération des cellules cancereuses. Cette observation a été à l’origine des premiers essais cliniques de vaccination au Japon, en Allemagne, en Italie, en Belgique et aux Etats-Unis dont les résultats sont encourageants.

Le travail dirigé par le Dr Nicole Wagner et réalisé avec le Dr Kay-Dietrich Wagner et le Pr. Jean-François Michiels du LCAP a démontré un rôle beaucoup plus important de ce gène WT1. Le facteur de transcription WT1 est surexprimé en effet dans la plupart des autres cellules impliquées dans la prolifération du cancer. WT1 joue un role clé dans la progression tumorale en stimulant le développement des vaisseaux intra tumoraux et en bloquant la destruction des cellules cancéreuses par les cellules immunitaires.

Ces résultats ouvrent donc d’autres perspectives en termes de mode d’action et d’indications de ces études pré thérapeutiques. A plus ou moins long terme, l’espoir d’un traitement médical est permis.