Projet 6 : Economie comportementale et sciences sociales

Porteurs de projet

Laboratoires et/ou équipes UNS concernés

Partenaires

  • Université de Reims ;
  • CES (U. Paris I) ;
  • Marquette University (Etats-Unis) ;
  • U. Milan Bicocca (Italie) ;
  • School of economics (U. East Anglia, GB).

Personnes réellement impliquées (effectif global + détail nom, statut, laboratoire) : 8

Objectifs

Présentation générale :

Depuis trois décennies, la microéconomie est confrontée à un surprenant développement d’un nouveau champ de l’analyse économique, l’économie comportementale. Initiée et fondée en partie sur les méthodes de l’économie expérimentale et sur l’ouverture de l’analyse économique à certaines autres sciences sociales, ce nouveau champ disciplinaire a profondément renouvelé la vision des décisions des agents économiques et celle du fonctionnement des marchés et des organisations. L’émergence de l’économie comportementale a d’abord remis en cause l’hypothèse familière des manuels de microéconomie d'un individu rationnel, pleinement caractérisé par des contraintes de ressources et par une fonction de préférence donnée et auto-centrée, indépendamment du contexte social dans lequel il évolue. Elle a ensuite tenté de développer un  contenu comportemental finalement très pauvre jusque là. Elle a pris désormais en compte à sa manière le fait que les individus adoptent des comportements qui témoignent de la dimension sociale des préférences individuelles en recourant à l’aide de la sociologie et de la psychologie sociale et expérimentale.. Elle a montré que les individus se soucient de ce que font les autres, de ce que les autres souhaitent ou ne souhaitent pas faire en recourant sérieusement à la notion d’ interaction sociale, comme dans le domaine de la finance comportementale. Elle a ensuite montré que sur les marchés, les individus n'échangent pas seulement des biens ou des services marchands, mais aussi des qualités souvent immatérielles, comme de la considération des normes et règles sociales, de la confiance, de la justice ou de la réciprocité, autant d'éléments qui jouent un rôle important dans la structuration des activités sociales et économiques : on retrouve ici l’influence de la sociologie et de la psychologie. Elle commence enfin à envisager la question de la genèse et de la dynamique sociale des préférences jusque là considérées comme données et exogènes.

Il s’avère donc nécessaire de mener en la matière une réflexion d’histoire des idées de nature méthodologique, philosophique et interdisciplinaire en relation avec des psychologues et des sociologues pou mieux comprendre le sens de ce que certains considèrent déjà comme une véritable révolution microéconomique.

Objectifs :

  • Mieux comprendre le statut de l’expérimentation en économie
  • Mieux comprendre les relations entre économie, d’une part, et sociologie et psychologie, d’autre part
  • Analyser l’évolution actuelle de la théorie microéconomique

Financements externes (ANR, Région, Europe...)

Rubrique vide.

Manifestations scientifiques

Rubrique vide.