Responsables

Comité de pilotage

Résumé

L’axe « phénomènes extrêmes » a été défini en 2013 par un travail collectif entre les laboratoires de la fédération W. Döblin. Son périmètre n’est pas rigide et son spectre est très large.

Les phénomènes extrêmes sont définis par les conditions inhabituelles dans lesquelles ils se manifestent. Cela va des événements géophysiques "catastrophiques" (tremblements de terre, tsunamis, glissements de terrain) aux états extrêmes de la matière, par exemple les condensats de Bose-Einstein dont les propriétés sont très différentes de celles des solides, liquides ou gaz. Un autre exemple emblématique est le phénomène des "vagues scélérates" qui se manifeste rarement mais qui peut occasionner des dommages sur les navires. L’étude de ces phénomènes nécessite le plus souvent des compétences et des outils spécifiques, physiques, observationnels, informatiques et mathématiques.

Ces compétences sont souvent croisées et le bénéfice des collaborations entre équipes de recherche est potentiellement très important.

Des problématiques sociétales, telles que les risques naturels et la gestion de l’environnement, font aussi partie du champ des applications possibles des thèmes recensés dans cet axe pluridisciplinaire. Il s’agit donc plus d’un défi pour l’avenir que d’un axe de recherche bien délimité.

Chaque thème listé ci-dessous est alimenté par un ou plusieurs projets soutenus par la fédération Döblin qui donnent lieu à des colloques thématiques. Les informations sur ces projets et colloques sont disponibles sur le site web de la fédération.

Thèmes principaux

  • Ondes extrêmes
  • Chocs, fractures et ruptures
  • Grandes fluctuations dans les systèmes hors équilibre
  • Interactions, réactions et transitions dans des conditions extrêmes
  • Thème transversal sur les outils (instrumentation, informatique, traitement du signal etc.)

 

Laboratoires impliqués

Projets ou chantiers spécifiques en cours