L'art s'expose en STAPS : entre chercheurs et artistes

Inaugurée le 1er mars 2016, l'exposition "Si le printemps revenait saison III" organisée par l'UNS en partenariat avec les associations no-made et in situ corpo, se prolonge jusqu'au 31 mai 2016. 13 artistes exposent leurs oeuvres sur le campus STAPS autour du thème "l'immobilité dans le mouvement".

 

La contraction extrême du mouvement engendre un état, l’immobilité. C'est sur cette contradiction que les artistes plasticiens des associations no-made et in situ corpo vont relever le défi de mettre en scène leurs oeuvres d'art.

Tout comme le campus STAPS et l'Art, de cette contradiction nait un surprenant rapprochement entre deux mondes que tout n'oppose pas, bien au contraire. De ce lieu qui prépare à l’ensemble des métiers liés essentiellement au mouvement du corps, et à la recherche dans les sciences du mouvement humain, l'Art s'y loge, y trouve sa place avec une étonnante évidence.

Troisième volet de « Si le printemps revenait », la 1ère édition ayant eu lieu au coeur du parc Valrose et la seconde sur le campus St jean d'Angély, à travers les oeuvres de Martin Caminiti, Louis Dollé, Karim Gheloussi, Denis Gibelin, Jean Pierre Joly, Stéphanie Lobry, Made, Rob Rowlands/ Héléna Krajewicz, Olivier Roche, Franz Stähler, Paul Stapleton et Anne- Sophie Viallon, le campus STAPS se décline en un véritable parcours culturel.

Découvrir les photos des oeuvres d'art exposées

Marie Roggero