Pérennité

"Nul ne se promène impunément sous les palmes".
 André Gide (d'après Les Affinités électives de Goethe)

Valrose, lieu inspiré et lieu d'inspiration ? Par son allure romantique, sa photogénie, ses aspects scéniques, Valrose se prête à l'inspiration des peintres, aquarellistes, photographes, poètes, romanciers, musiciens, cinéastes... mais qu'en est-il advenu ?

Iconographie

Aucun tableau des années 1860 - 1940 représentant Valrose n'a jusqu'à présent été localisé. Aucune liasse d'archives familiales et aucun album de photos de la famille Von Derwies n'a encore été répertorié. Seules traces visuelles connues, des cartes postales anciennes, dont certaines sont reproduites dans l'ouvrage de Didier Gayraud (Demeures d'Azur, Ed. du Cabri, 1998) et un lot de photographies dues à Jean Gilletta, conservées partiellement aux Archives Nationales.  

Les services techniques de l'Université de Nice et le Service Départemental d'Architecture ont conservé quelques plans, élévations et croquis du Château transférés aux archives départementales, dont certains figurent dans la publication de Paul Castela et Michel Steve (Le Château de Valrose, 1986).

Si les portraits des Baronnes Von Derwies figurent en bonne place au Musée des Beaux-Arts de Nice grâce au legs de Barbe Von Derwies en 1943, le visage du Baron n'est connu, quant à lui, que par une photographie reproduite dans un article de journal (Dossiers de la Bibliothèque du Chevalier de Cessole).
Les catalogues de vente de la Collection Serge Von Derwies, publiés en 1904 et 1906 par la fameuse Galerie Georges Petit de Paris (Bibliothèque Forney), comportent des reproductions de tableaux mais sans rapport direct avec Valrose. Tout au plus peut-on en déduire que plusieurs d'entre eux (signés de petits maîtres : Rosa Bonheur, Diaz de la Pena, Emile Troyon) ornaient les murs du Château.
   

Bibliographie

Parmi les chroniqueurs et historiens locaux, Georges Favre a laissé un ouvrage détaillé s'appuyant sur une abondante compilation d'articles de presse : Un haut-lieu musical niçois au XIXème siècle : La Villa Valrose, 1870 - 1881 (1977). La monographie de P. Castela et M. Steve, Le Château de Valrose (1986), est jusqu'à présent le seule du genre. Elle a été complétée par une synthèse de Luc Thévenon, dans un chapitre où il est notamment question du Château de Trevano (Les Folies de Nice, Serre, 1999).

Chercheurs et curieux de Valrose trouveront une bibliographie commentée en ligne - complétée par diverses publications et articles plus récents dont une monographie de référence (Valrose par Dominique Laredo, 2005, 336 p.).

Fortune littéraire

De son séjour à Nice entre 1900 et 1906, Jean Lorrain (1855 - 1906) a retiré une inspiration ambivalente, qui transparaît dans ses nouvelles et romans évoquant la Riviera déliquescente de la Belle Epoque (L' Ecole des vieilles femmes, Le Poison de la Riviera) : "A part cela le pays est divin ; il le serait peut-être moins sans cela"...

Par un curieux jeu de pseudonymes, on retrouve les noms de Lorrain et de Valrose accolés dans plusieurs oeuvres littéraires et pièces de théâtre des années 1920 - 1930, co - signées : Jacques Le Lorrain et Eglantine de Valrose... Mais la postérité n'en a rien retenu !

Plus prestigieuse est l'évocation précise de Valrose dans le roman très célèbre de Maria May Alcott (1832 - 1881) : Les Quatre filles du Docteur March (Little Women, 1869), qui demeure un classique de la littérature pour la jeunesse après avoir connu un pic de renommée dans les années 1950, grâce à des adaptations cinématographiques. Dans une action située vers 1865, deux personnages s'arrêtent sur la terrasse belvédère :
 
"Valrose méritait bien son nom car sous ce climat de perpétuel été les roses fleurissaient partout. Elles grimpaient à la grande arche, se glissaient entre les barreaux de l'immense porte pour souhaiter aux passants un bonjour embaumé, elles bordaient l'avenue et serpentaient entre les citronniers et les palmiers légers jusqu'à la villa au sommet de la colline. Tous les recoins ombreux, où des bancs invitaient au repos, étaient des havres fleuris, chaque grotte fraîche avait sa nymphe de marbre souriant parmi les fleurs et chaque fontaine reflétait des roses cramoisies, blanches ou rose pâle, penchées comme pour sourire de leur propre beauté. Des roses recouvraient les murs de la maison, drapaient les corniches, grimpaient aux colonnes et débordaient des balustres de la large terrasse d'où l'on contemplait la Méditerranée ensoleillée et la blanche cité sur ses bords.
- C'est un véritable paradis de lune de miel, n'est-ce pas ? As-tu jamais vu tant de roses ? demanda Amy en s'arrêtant sur la terrasse..."

Henri Bordeaux (1870 - 1960), romancier célèbre de l'entre-deux guerres, a laissé une évocation plus générale dans Le Calvaire de Cimiez (1937) mais qui s'appliquerait aisément au Parc de Valrose : "C'était une matinée ineffable sur la colline de Cimiez... Les fleurs chantaient comme des oiseaux, le chant des oiseaux fleurissait dans le jardin".

Plus récemment, la romancière Susie Morgenstern, née en 1945 dans le New - Jersey et mariée à un mathématicien, a profité des agréments du Parc en habitant une villa située à proximité de la sortie Cimiez. Elle est l'auteur de best-sellers pour la jeunesse (tels que Le Vampire du CDI, 1997).

Une autre romancière à succès l'a précédée en profitant des frondaisons de Valrose; il s'agit de Mathilde Monnier, dite Thyde Monnier (1887 -1967), écrivain, poète et peintre de culture provençale, auteur de La Saga des Desmichels, famille paysanne de Provence, dont fait partie Nans le Berger (adapté pour la télévision dans les années 1970). Cette amie de Jean Giono a laissé son nom à un Prix de la Société des Gens de Lettres.
 
Filmographie

La photogénie du Château et du Parc sous la belle lumière de la Côte d'Azur ne peut qu'attirer les cinéastes à la recherche de décors naturels... C'est, non pas un film en costumes comme on pourrait s'y attendre, mais une comédie de moeurs contemporaine qui a été tournée à Valrose en 1998 : Bimboland d'Ariel Zeitoun, avec Gérard Depardieu, Judith Godrèche, Sophie Forte, Aure Atika (pour les besoins d'une thèse, une ethnologue infiltre un groupe de "Bimbos", amazones urbaines aux moeurs tapageuses, et s'identifie à elles).

Mais tout promeneur qui découvre Valrose pour la première fois pense à autre chose qu'à la tribu "Bimbos", s'il a lu Le Tour d'Ecrou (1898) d'Henri James. Il ne peut que rester dubitatif, d'abord face au Lac, ensuite face au groupe sculpté de Serge et Véra Von Derwies enfants - et musiciens :
"Nous étions au bord du Lac et, comme nous avions récemment commencé l'étude de la géographie, ce lac était la mer d'Azov [...]. Les vieux arbres, les plantations serrées, dispensaient une ombre agréable et étendue [...]. Nous vivions dans un nuage de musique, d'affection, de réussites et de représentations privées. Les deux enfants avaient un sens musical aigu [...]".
Henri James serait-il venu à Valrose ? Rien ne l'atteste. Pourtant, Valrose est le décor idéal du Tour d'Ecrou. Et si aucune adaptation filmée n'y a encore été tournée, elle reste à faire...

Manifestations culturelles


Ces dernières années, l'Université Nice Sophia Antipolis a renoué avec le passé musical de Valrose en organisant des concerts et récitals en partenariat avec l'Opéra de Nice et le Choeur Universitaire, dans le cadre de "Campus en musique". Ces spectacles, offerts périodiquement aux étudiants et personnels de l'UNS, sont l'occasion de ressusciter la belle acoustique du Théâtre et les soirées de plein-air au pied du Château.

Ayant fait l'objet d'une vaste rénovation, la cage de scène du Théâtre permet de mettre en valeur non seulement un rare et superbe infrastructure en bois, mais aussi un beau volume d'exposition polyvalent. C'est ainsi qu'a été accueillie en avant-première une exposition multimédia d'Art Jonction 2001. En valorisant la musique et les arts à Valrose, l'Université Nice Sophia Antipolis pérennise une vocation culturelle initiée par le Baron Von Derwies.

Du XIXème au XXIème siècle

Depuis sa construction jusqu'en 1881, pendant onze années, Valrose a symbolisé un accomplissement : somptueuse demeure dans un parc de rêve, propriétaire fortuné, mécène et musicien coulant des jours heureux entre ses trois enfants, la musique, les chants et les sourires des divas, entre nuits étoilées et ciel bleu. "Ici, je crois au soleil, comme la plante y croît" aurait pu dire le Baron Von Derwies, à l'instar d'un autre promeneur inspiré par la Côte d'Azur - Nietzsche. Goût du pittoresque anecdotique et de l'artifice, avec création de grottes, ruines et rochers ? Esthétisme ostentatoire et peu exigeant avec juxtaposition des styles, floraison d'une statuaire presque uniquement composée de répliques ? Valrose appartient bien à son époque fin de siècle et constitue, par ses proportions, son parc et ses dépendances, un très rare exemple de "Château en ville".

Valrose, 1881 : les grilles du Parc sont scellées par la mort du Baron. Plusieurs dizaines d'années plus tard, Serge contemplera la propriété de l'extérieur, avant de retourner à vélo vers Cannes. La banqueroute et la révolution russe auront eu raison de la fortune Von Derwies. Autant en emporte les roses.

Valrose, 2001 : son histoire prend place sur Internet en précurseur de la valorisation du patrimoine universitaire, pour témoigner d'un beau passé auquel se doit le présent.
Valrose 2015 : l'Université Nice Sophia Antipolis commémore ses 50 ans et les atouts d'avenir que représente, entre autres, un patrimoine d'exception.


Textes et photos d'archives : Dominique Laredo