Histoire de l'art et philosophie de l'art

Cycle de conférences "Histoire de l'art et Philosophie de l'art" au Musée national Marc Chagall
Histoire de l'art et philosophie de l'art

Illustration Yassine Mili

Ces conférences sont organisées en relation avec le Laboratoire de Philosophie de l'Université Nice Sophia Antipolis, l'Association des Amis du Musée national Marc Chagall et le musée.

Les conférences ont lieu dans l’auditorium du Musée National Marc Chagall. Gratuit. Entrée gratuite pour les étudiants et les personnels.

Le cycle de conférences esthétique et histoire de l’art peut être choisi en tant qu’Unité d’Enseignement Libre (UEL), dans la limite des places disponibles. Programmation et informations concernant cette UEL : Carole Talon-Hugon - Carole.TALON-HUGON@unice.fr

 

Programme 2016/2017

Mardi 25 octobre 2016, 19:00
François Jullien
(philosophe et sinologue, titulaire de la Chaire sur l'Altérité à la Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris)

  LE BEAU EST-IL LA VALEUR SUPRÊME DE L'ART ? ORIENT VERSUS OCCIDENT

 « Du beau, on n’a cessé, au fil des siècles, de remettre en question les critères et les conceptions ; de faire varier les définitions. Mais s’est-on jamais interrogé sur ce préalable, déposé dans la langue, celui de pouvoir dire simplement : « le beau » ? A-t-on jamais sondé, en effet, sur quel socle enfoui « le beau » est juché ? Lui, la grande cheville ouvrière de notre métaphysique : nous apprenant à quitter la diversité du sensible pour l’unitaire de l’ « idée » ; comme aussi, en retour, nous frappant d’effroi – d’émoi – par son absolu faisant irruption à même le visible. Seule issue restante, dès lors, depuis que les dieux sont morts, pour nous forger un salut. Or la pensée chinoise n’a pas isolé – abstrait – « le beau ». En faisant travailler cet écart, je souhaite dégager d’autres possibles ne se rangeant pas sous la monopolisation du beau ; par suite, explorer d’autres fécondités que l’art contemporain, en guerre ouverte avec le beau, peut rencontrer. De quoi du moins sortir le beau des lieux communs qui l’épuisent : pour le rendre à son étrangeté ». François Jullien

 

 

 
Mardi 8 novembre 2016, 19:00

Martine Kaufmann
(Historienne de l'art, directrice de programme à France Musique et directrice du service culturel du Musée d'Orsay)

  LES MUSIQUES DE DENIS DIDEROT (1713-1784)

 

L'effet que  fait  sur Diderot la musique sera l'une des grandes interrogations de son esthétique, celle d' un « philosophe sensible ». Des écrits esthétiques de Diderot, on étudie surtout ceux qui traitent de la peinture ou des arts plastiques. C'est oublier que ce génial polygraphe fut aussi mélomane, à croire d'ailleurs  que le mot fut inventé pour son usage personnel. Diderot s'est intéressé à la musique sous tous ses aspects : théorique, technique, pédagogique, philosophique, politique, mondain,  au point d'en faire une préoccupation constance, éparse dans toute son œuvre, au delà de la célébrité du "Neveu de Rameau". La conférence sera illustrée par des extraits des musiques qu'il a entendues, défendues et aimées.

 
Mardi 6 décembre 2016, 19:00
Anne-Elisabeth Sejten

 

(Professeur de littérature à l'Université de Rosekilde, Danemark)

   LES SALONS DE DIDEROT

En 1759 Diderot fut sollicité pour donner un compte-rendu du Salon au Louvre, véritable biennale de peinture à l’époque des Lumières, et le voici engagé dans une aventure de critique d’art qui allait durer plus de vingt ans. L’œuvre foisonnante des Salons témoigne effectivement des efforts de plus en plus réfléchis de la part du philosophe pour juger l’art de son temps, mais aussi pour apprendre des peintres comment au fond parler de la peinture. Il en résulte une pensée de l’art, nourrie de la critique d’art, dont les multiples accents, parfois paradoxaux, seront dégagés.

 

 

Mardi 14 février 2017, 19:00

Auditorium du Musée Chagall

Thierry Lenain

(philosophe et historien de l’art, professeur à l’Université Libre de Bruxelles)

LA MISE EN SCÈNE DE L'OBJET : DU CONTEMPORAIN À L'ANTIQUE ET RETOUR  (TROPHÉES, RELIQUES, SPOLIA)

 

 

Mardi 7 mars 2017, 19:00

Thomas Schlesser

(directeur de la Fondation Hartung-Bergman d’Antibes et professeur d’histoire de l’art à l’école Polytechnique de Paris)

L'HOMME À NÉANT : QUAND L'ART VIRE À L'APOCALYPSE


 

Mardi 4 avril 2017, 19:00

Philippe Sénéchal

(Professeur d'histoire de l'art à l'Université de Picardie)

LA SCULPTURE EN PAPIER MÂCHÉ EN FRANCE SOUS L'ANCIEN RÉGIME